Mont-Saint-Hilaire se dote d'un cadre pour revitaliser son centre-ville

Ville de Mont-Saint-Hilaire-La Ville souhaite redynamiser son centre-ville avec des déplacements actifs.

Bonne nouvelle pour les citoyens et les commercants de Mont-Saint-Hilaire. La longue saga judiciaire de la rue Saint-Georges est terminée et le projet de revitalisation du centre-ville peut aller de l'avant puisque la Ville s'est dotée d'un cadre réglementaire pour réaliser la vision de son Plan particulier d'urbanisme. 

La saga a déjà coûté cher aux contribuables en frais d'avocat mais l'entente permet d'éviter un procès.

Le cadre réglementaire permettra du développement mixte, à la fois du résidentiel pour accueillir de nouvelles familles et des commerces de proximité, notamment en encadrant la vitrine commerciale. 

C'est en raison du retrait d'une longue contestation judiciaire du Programme particulier d'urbanisme  de commercants du milieu qui remettaient en question le zonage et la superficie des commerces projetés. 

Il faut savoir que la Ville, en octobre 2019, avait été contrainte de mettre le projet de développement mixte de la rue Saint-Georges sur pause en raison d'une injonction interlocutoire de certains commercants comme la Boulangerie Le Pain dans les Voiles et les Aliments naturels l'eau vive.   

Les commercants s'étaient tournés vers les tribunaux pour invalider les règlements mais aussi pour contester la légalité de la vente d’un terrain par la Ville

L'épicier Marché IGA Pépin devait être le principal locataire du projet immobilier de la rue Saint-Georges et ces commercants redoutaient la hauteur et la superficie d'un tel commerce dans le secteur. 

Or, voilà que les travaux de construction du nouveau IGA sur la 116 à Mont-Saint-Hilaire ont commencé à la fin de novembre 2020 dans un autre secteur choisi par IGA Pépin.

Hier, le conseil a mis en branle hier le processus d'adoption des modifications au règlement de zonage pour mieux développer le centre-ville.. 

«4 éléments ressortent de l'entente avec les demanderesses. Le point principal est que la superficie des établissements commerciaux de la rue Saint-Georges a été ramenée à 2500 mètres carrés plutôt que ce qui était prévu dans le plan  Ce sont de nouvelles possibilités pour nous de redévelopper le centre-ville. Nous n'avons pas de projets précis mais les promoteurs peuvent en déposer. .»

Yves Corriveau, maire de Mont-Saint-Hilaire

 

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !