MONTÉRÉGIE: Des données de la cour municipale de Mont-Saint-Hilaire sur le dark web?

Pirates informatiques ISTOCK solarseven

2600 constats d'infractions de la Régie de police Richelieu-Saint-Laurent et des données de la cour municipale de Mont-Saint-Hilaire pourraient bien être entre des mains malveillantes et même être partagées sur le «dark web» à la suite d'une faille de sécurité, ces derniers mois. 

La Ville de Mont-Saint-Hilaire et la Régie de police Richelieu-Saint-Laurent disent prendre les choses au sérieux et tentent de savoir comment et pourquoi cette fuite de renseignements est survenue dans les derniers mois.  

On ignore aussi qui aurait orchestré une telle fuite de renseignements mais selon le maire Yves Corriveau, l'enquête tend pour l'instant à démontrer qu'il s'agirait d'une personne venant de «l'externe» et qui n'aurait pas d'attaches avec le service de police ou l'appareil municipal.  

La GRC et le Centre canadien pour la cybersécurité ont avisé la Ville et le corps policier le 25 février que tous les constats d'infraction, du 17 juillet 2019 au 14 février 2020 sont touchés par cette fuite de données. 

On parle ici des données de citoyens de Mont-Saint-Hilaire, Otterburn Park, Saint-Jean-Baptiste et Saint-Mathieu-de-Beloeil.

Le maire de Mont-Saint-Hilaire affirme que des correctifs «immédiats» ont été apportés pour éviter une autre situation du genre.

«Je veux rassurer la population qu'il s'agirait d'une personne de l'externe, selon nos informations. Nous avons changé tous les mots de passes,  nous avons limité le nombre de personnes qui ont accès à cette information et les fournisseurs externes qui  avaient un lien avec l'information ne peuvent plus l'avoir sans une autorisation stricte.  Des lettres ont été envoyées aux citoyens concernés. Nous avons pris les choses en main immédiatement après avoir su la façon dont la personne s'y serait prise».

-Yves Corriveau, maire de Mont-Saint-Hilaire

S'il ne désire pas commenter publiquement l'enquête en cours pour ne pas nuire au processus, le capitaine Francis Lepage de la Régie de police explique toutefois que l'enquête va bon train.

Il ajoute que la Ville a déjà envoyé des lettres aux personnes touchées et qu'il n'y aurait pas de données bancaires ou transactionnelles.    

iStock

Des mesures déployées pour éviter que ca ne se reproduise

La Ville a fait une demande aux instances web pour que ces données soient retirées d'Internet mais on ignore où en est la requête.

Elle insiste pour rappeler que la situation est prise très aux sérieux pour éviter un second vol de données et pour «sécuriser les données» des personnes affectées. 

Le maire Yves Corriveau invite aussi la population à contacter la Ville, en cas de doute, pour obtenir de l'information.

«La lettre a été envoyée aux 2600 personnes et si les personnes ont besoin d'aide, elles peuvent communiquer avec nous. Selon ce que nous savons, la seule information partagée serait le nom et prénom de la personne lorsqu'il y a un constat, son adresse, les immatriculations et le numéro de permis. Il semblerait qu'on ne peut créer une autre identité avec ces données et qu'il n'y aurait pas de données bancaires impliquées.

-Yves Corriveau, maire de Mont-Saint-Hilaire 

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres

Pour ne rien manquer de nos concours et promotions !