MONTÉRÉGIE: Des enfants intoxiqués au manganèse à Acton Vale

David Roy et ses 4 enfants, qui seraient intoxiqués au manganèse.

À Acton Vale, en Montérégie, quatre enfants d'une même famille pourraient avoir été intoxiqués par du manganèse présent dans l'eau de leur puits. À la base, la famille était simplement inquiète de la qualité de son eau, puis a découvert que la problématique était plus importante encore. Elle s'inquiète maintenant pour les autres familles du secteur.

 

Les parents des enfants, Cathy et David Roy, auraient constaté des retards de développement chez tous leurs enfants à leur entrée à l'école. Leur système nerveux pourrait avoir été affecté par le manganèse, et si c'est le cas, ils seraient les premières victimes connues de ce métal, selon Radio-Canada.

David Roy indique qu'un chimiste en eau les avait déjà avertis que leur eau de puits avait probablement été altérée par une source extérieure pour que leurs équipements de filtration soient ainsi usés prématurément.

C'est à la suite d'un test de cheveux sur deux des enfants que les parents auraient découvert la présence de manganèse dans leur organisme. Des tests sanguins ont ensuite révélé un taux anormal de manganèse dans le sang de toute la famille, toujours selon Radio-Canada.

Le manganèse est un métal essentiel à la vie et présent dans le sol et plusieurs aliments, notamment, mais il peut être neurotoxique en trop grande quantité.

La Santé publique avisée

La Direction de la santé publique a été avisée de la situation de la famille Roy en juillet 2018, mais elle estime que c'est un cas isolé pour l'instant, selon Radio-Canada. Il n'y a donc pas d'étude en cours, mais il pourrait éventuellement y en avoir.

Environnement Canada et le ministère de l'Environnement ont aussi été mis au fait, et une caractérisation de la situation serait en cours.

Afin de mettre en lumière toute la situation de l'eau, la famille et d'autres personnes impliquées dans l'enquête ont créé le groupe Environnement Acton et suivent la situation de près. Des membres de la famille seront d'ailleurs à la marche sur le climat demain, à Saint-Hyacinthe.

De son côté, la ville d'Acton Vale ne traite pas le manganèse dans l'eau de son aqueduc municipal, mais se veut rassurante. Elle assure que des tests sont faits régulièrement depuis 2016. La moyenne des résultats obtenus actuellement est inférieure aux taux recommandés. Actuellement au Québec , il n’y a pas de norme pour la concentration maximale de manganèse dans l’eau potable.

Inquiétude d'organismes en environnement

Le président du Conseil régional de l'environnement de la Montérégie, Richard Marois, suit le dossier depuis le printemps. Il a d'ailleurs interpellé les cabinets du ministre de l'Environnement et de la Santé par précaution, et espère une certaine enquête. 

Richard Marois se demande toujours si le transport à la Carrière d'Acton Vale n'aurait pas un rôle à jouer, malgré les résultats des études dans l'eau qui indiquent qu'il n'y aurait pas de contamination en lien avec ces activités.

« Est-ce que cette carrière-là, les véhicules qui bougent, est-ce que ça fait soulever des poussières de manganèse et ces poussières-là deviennent volatiles?Et là, ça devient peut-être inquiétant pour les citoyens. Maintenant, je n'ai pas de preuves de cela. »

- Richard Marois, président du Conseil régional de l'environnement de la Montérégie

Il ignore d'ailleurs si des études sur l'air dans le secteur ont déjà été faites. Les tests réalisés dans l'eau de puits et du réseau d'aqueduc ont toutefois été présentés au début du mois par la Ville. Ils sont conformes et indiquent que la carrière et les anciens sites d'enfouissement ne contaminent pas, selon le maire.

Le reportage de l'émission Enquête sur la situation de la famille Roy sera diffusé ce soir. Le candidat bloquiste dans Saint-Hyacinthe-Bagot, Simon-Pierre Savard-Tremblay, doit réagir après la diffusion.

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !