MONTÉRÉGIE: Pas de réceptions et de mariages pour les cabanes à sucre

Facebook- L'Érablière Meunier de Richelieu ne demande qu'à pouvoir offrir des réceptions quatre saisons par années

Les restaurants et clubs de golf peuvent accueillir des réceptions et évènements corporatifs...mais pas les érablières de la Montérégie, un non-sens selon Philippe Meunier, copropriétaire de l'Érablière Meunier à Richelieu. 

Alors que le téléphone se met à sonner pour les réservations, M. Meunier doit malheureusement répondre qu'il ne peut offrir ce service particulièrement prisé, notamment pour les mariages et évènements corporatifs.

Dans plusieurs cas en Montérégie, ces réceptions génèrent 50 % d'un chiffre d'affaires annuel, ce qui représente des milliers de dollars en pertes. 

Depuis mars 2020, les cabanes à sucre de la Montérégie ont dû vivre des recettes de l'initiative «Ma cabane à la maison» ou par la mise en marché de divers produits de l'érable.  

Et même s'il y a eu un engouement monstre pour cette initiative à Pâques, plusieurs cabanes n'ont pu survivre aux contrecoups économiques de la pandémie.  

Philippe Meunier croit qu'il peut offrir de telles réceptions, en tenant notamment un registre, avec des normes d'hygiène sanitaires resserrées.  

«On veut juste pouvoir travailler et ne pas faire que des «boites de carton» au printemps: les frontières ouvrent,  on voit des rassemblements d'importance à l'extérieur, des campings sont pleins, les restaurants accueillent des dizaines de clients, mais on doit refuser ces réservations. Les directives ne sont pas super claires pour les clients, ils remettent les réceptions  à plus tard. Chaque fois, on doit expliquer aux clients  qu'on ne peut avoir que 25 personnes dans une grande salle de cabane alors que ca ca fait 2 ans qu'il n'y a eu aucune réception. Nous sommes prêts à appliquer des mesures s'il le faut»

Philippe Meunier, copropriétaire Érablière Meunier.

Pas d'aide financière nécessaire,  mais de la prévisibilité

Quant aux différents programmes gouvernementaux disponibles pour les entrepreneurs, Philippe Meunier explique que ce ne sont pas des prêts dont les entrepreneurs ont besoin, mais de la prévisibilité sur 4 saisons.  

Selon lui, les gens sont encore craintifs même malgré la fin de certaines restrictions. 

«On voit cela sur plusieurs mois: on ne sait pas si on pourra ouvrir aux Fêtes, nous avons des comptes à payer.  De l'aide financière sous forme de prêts, il faut la rembourser et nous ne sommes plus là. Ce n'est pas un «karaoke» que  j'organise ou des partys: ce sont des évènements  structurés que l'on fait et nous sommes sérieux»

  Philippe Meunier, copropriétaire Érablière Meunier

 

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !