NEIGE: 2 mois de plus à l'interdiction de stationner la nuit à St-Jean-sur-Richelieu

iStock-942373172

L'automne est à peine commencé que la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu se prépare déjà à l'hiver. Elle est en voie de modifier la période d'application de certaines règles de stationnement.

L'avertissement est donné un mois d'avance: cette période est allongée de deux mois, soit du 1er novembre au 30 avril, pour s'arrimer avec les précipitations plus fréquentes enregistrées en novembre et avril ces dernières années.

Les citoyens devront maintenant vérifier si une opération de déneigement est prévue avant de se stationner dans les rues ou stationnements municipaux la nuit, de 23h à 6h.

Les voitures laissées dans les rues lors des opérations de déneigement nuisent au tassement et à l'enlèvement de la neige, ainsi qu'au déglaçage et à l'épandage de fondant ou d'abrasif.

S'informer des opérations prévues

Il est de la responsabilité de chacun de s'informer d'une opération à venir, soit en appelant la ligne Info-Déneigement au 450 357-2020, en consultant le site web de la Ville ou encore les réseaux sociaux, comme la page Facebook ou le compte Twitter municipal. Celle-ci est annoncée à compter de 17h.

Des panneaux clignotants sont aussi en place sur les artères principales et il est possible de s'inscrire à une alerte par texto, si ce n'est pas déjà fait, en textant le mot NEIGE au numéro 22100.

Les contrevenants à l'interdiction du stationnement de nuit s'exposent à une amende de 30 $ plus les frais, et à 65 $ de frais de remorquage.

Rappelons que lorsqu'aucune opération de déneigement n'est prévue, il est permis de laisser son véhicule dans la rue la nuit la où la signalisation le permet, alors que c'était auparavant interdit tout l'hiver. L'an dernier, la Ville n'a dénombré que 17 nuits d'interdiction.

Pour tous les détails sur le règlement de stationnements, ses exceptions et les stationnements autorisés lors des interdictions de nuit, consultez le site web de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres