OLYMPIQUES: Une femme de la Rive-Sud va arbitrer le softball à Tokyo

Geneviève Gaudreau est la seule Québécoise qui va arbitrer le softball à Tokyo 2020.

Une femme de la Rive-Sud sera une des 13 arbitres sur le terrain à la compétition de softball féminine aux Jeux olympiques de Tokyo, en juillet prochain. Elle est une des 5 officiels Canadiens sélectionnés.

 

Geneviève Gaudreau est la seule représentante du Québec à avoir été sélectionnée aux termes d'un processus rigoureux et de qualifications en 2019. Elle a appris la nouvelle hier. Elle sera responsable d'appeler les balles et les prises au marbre.

L'enseignante en éducation physique a longtemps été athlète de softball, receveuse, avant de devenir entraîneur, puis de se tourner vers l'arbitrage à la fin des années 1990. Elle a d'abord commencé au niveau local, puis provincial et national, ce qui l'a mené à juger plusieurs championnats du monde au fil des ans.

Elle a obtenu son niveau 5 en 2009, soit la plus haute certification disponible au Canada. Geneviève Gaudreau a arbitré beaucoup aux États-Unis, mais aussi à Amsterdam, à Prague, en Afrique du Sud et plus encore.

Se rendre aux Jeux olympiques est un rêve devenu réalité pour cette résidente de Saint-Hubert, le sommet d'une belle carrière bien remplie.

« Je me suis toujours dit, à travers ma progression, je vais voir jusqu'où l'arbitrage va m'amener et là, curieusement, je vais me rendre aux Jeux olympiques, alors je suis vraiment très, très contente et très honorée de faire partie du peu de personnes qui ont réussi à être sélectionnées. Je vais profiter du moment à 100 % et je vais vivre ma passion à 100 miles à l'heure. »

- Geneviève Gaudreau

Geneviève Gaudreau est la seule Québécoise qui va arbitrer le softball à Tokyo 2020.

Gracieuseté. Geneviève Gaudreau (au centre) est la seule Québécoise qui va arbitrer le softball à Tokyo 2020.

Inspirer les jeunes filles

La balle rapide féminine fait un retour aux Olympiques après 12 ans d'absence. Six équipes vont s'affronter et il y aura de trois à quatre parties par jour, ce qui garantit à Geneviève Gaudreau d'arbitrer au moins un match quotidiennement.

Celle qui enseigne en éducation physique dans une école secondaire de Montréal espère en inspirer d'autres, surtout les jeunes filles, alors que plusieurs lui ont posé des questions depuis l'annonce de sa participation à Tokyo.

« L'idée de développer des passions, c'est ce qu'il faut mettre dans la tête de chacun des jeunes d'aujourd'hui, alors tant qu'ils ont une passion, je leur dis, allez-y à fond, parce que vous voyez où ça peut vous amener. Il y a plusieurs filles qui vont être témoins de ça, c'est bon pour le développement du sport féminin en général. Normalement, quand un sport est présenté aux Olympiques, les inscriptions dans ce sport-là vont augmenter, donc si on peut augmenter le nombre de joueuses, d'entraineurs et d'arbitres qui participe à ce sport-là, ça va juste être bon pour le faire grandir. »

- Geneviève Gaudreau

D'ici là, l'arbitre sera de la Coupe du monde de balle rapide masculine U18 le mois prochain, en Nouvelle-Zélande.

Geneviève Gaudreau a reçu plusieurs distinctions en carrière, notamment arbitre de l'année à Softball Canada en 2008 et à Softball Québec en 2016, en plus d'être finaliste au prix d'arbitre de l'année de Softball Québec en 2008, 2009, 2012, 2014 et 2019.

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !