Parles-en pas trop, un nouveau resto caché à Saint-Jean-sur-Richelieu

Ce luminaire vous donne une bonne idée de la décoration que vous retrouverez au restaurant Parles-en pas trop!

À l'époque de la prohibition, l'alcool était interdit mais il y avait des bars et restaurants cachés qui en vendaient, et c'est cette ambiance interdite et feutrée que souhaitent reproduire les propriétaires de Parles en pas trop. Ce nouveau restaurant ouvrira début mars à Saint-Jean-sur-Richelieu.

 

Parles-en pas trop sera installé dans un ancien appartement et se fera connaître par le bouche à oreilles, alors qu'il n'y aura ni enseigne extérieure ni publicité extrême.

Dans le concept d'un speakeasy, Karl Magnone et Jérémie Poupart veulent faire vivre une expérience hors du commun aux épicuriens, misant sur l'expérience gustative et sensorielle.

« Ça ne ressemblera pas du tout à une devanture de restaurant traditionnel. Déjà, vous avez l'impression un peu d'être dans un endroit où vous n'êtes pas censés être. En entrant, vous allez entendre de la musique très lounge, dans le Québécois. Les couleurs sont modernes, on utilise beaucoup d'articles rétro, beaucoup d'art, des chandelles, comme à l'ancienne. Étant donné que c'est un ancien appartement, on a plusieurs petites pièces. Le tout est dans l'ambiance un peu historique de Saint-Jean-sur-Richelieu, on va parler de l'histoire de l'immeuble, de la Ville, on va apporter une petite touche de magie. »

- Karl Magnone, copropriétaire de Parles en pas trop

Pour aller manger au Parles-en pas trop, il faudra réserver sur Facebook et on vous donnera l'adresse de l'appartement abritant le restaurant.

Karl Magnone et Jérémie Poupart, les copropriétaires de Tite frette et Parles-en pas trop!, à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Tite Frette. Karl Magnone et Jérémie Poupart, les copropriétaires de Tite Frette et Parles-en pas trop!, à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Menu découverte et local

Connus pour leur conscience écologique, les deux hommes derrière l'épicerie fine spécialisée en bières de microbrasserie Tite Frette à Saint-Jean-sur-Richelieu ont misé beaucoup sur la réutilisation. Des cadres ont été recyclés pour la décoration et du matériel qu'ils possédaient déjà a aussi été réutilisé. Ils ont notamment mis la main sur divers articles rétro comme d'anciennes banquettes de restaurant.

Encourager local est une priorité pour Karl Magnone et Jérémie Poupart, c'est pourquoi Parles-en pas trop proposera un menu découverte axé sur les produits du terroir.

« Ça va être des planches à partager, par exemple la première planche pourrait être des fromages, on va travailler avec la fromagerie Au Gré des Champs. On va avoir des charcuteries locales. On a beaucoup de terrines au Québec qui sont exceptionnelles, des petites gelées à la bière, etc. On va aussi faire un accord avec un alcool. »

- Karl Magnone, copropriétaire de Parles en pas trop

Les deux hommes d'affaires mijotaient l'idée depuis 8 ou 9 mois, mais tout s'est mis en branle dans les 4 derniers mois. Quelque 40 000 $ ont déjà été investis pour les rénovations et les demandes de permis, notamment, et d'autres investissements sont à prévoir pour l'aménagement de la terrasse pour l'été.

Trois nouveaux emplois seront créés pour l'ouverture, puis il pourrait y en avoir une dizaine cet été, avec l'ouverture prévue d'une terrasse. Le restaurant de 22 à 25 places sera d'abord ouvert deux jours par semaine, les vendredis et samedi, puis peut-être davantage.

Vous pourrez réserver à compter du 11 février via leur page Facebook pour les deux premières soirées, soit les 6 et 7 mars prochains.