Pénurie de main-d'oeuvre: plus de 5 G$ de pertes en Montérégie

Circuit imprimé - Manufacture

La pénurie de main-d'oeuvre a fait mal en Montérégie, la région la plus touchée de la province. Les entreprises ont laissé sur la table quelque 5,2 milliards de dollars à cause de pertes de contrats, de pénalités de retard et de décroissance, et ce, seulement dans le domaine manufacturier.

Pour l'ensemble du Québec, ça représente 18 milliards de dollars de manque à gagner selon les résultats d'une grande consultation des Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ).

«Sans actions tangibles de la part du gouvernement pour résoudre cette crise, les chances d’avoir une relance structurante de l’économie apparaissent faibles.»

Véronique Proulx, PDG de MEQ

Plus de 25 000 postes sont à pourvoir dans le secteur de la fabrication au Québec. C'est un record.

Des 401 entreprises sondées entre le 19 mai et le 24 juin, 29% ont envisagé déménager une partie de leurs activités à l’étranger ou de donner davantage de contrats en raison de la pénurie.

«La pénurie de main-d’oeuvre est un frein à la relance économique. Combien d’argent le gouvernement est prêt à perdre dans les prochaines années? Combien d’entreprises devront refuser des contrats, délocaliser une partie de leurs activités à l’étranger ou réduire leur croissance ou fermer avant que l’on s’attaque à la pénurie de main-d’oeuvre dans le secteur manufacturier avec des mesures qui ont de l’impact ?»

Véronique Proulx, PDG de MEQ

Parmi les solutions avancées par l'organisme, le gouvernement devrait augmenter les seuils d'immigration, accélérer l'arrivée des travailleurs étrangers et mettre en place des missions de recrutement à l'international. 
 

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !