POLITIQUE MUNICIPALE: L'Équipe pour Saint-Jean dissoute unanimement

Logo de L'équipe pour Saint-Jean

À Saint-Jean-sur-Richelieu, c'est la fin du parti politique municipal l'Équipe pour Saint-Jean, a un an des prochaines élections municipales. Une décision plutôt prévisible, alors que des membres dirigeants du parti, Fernand Pascoal et Robert Lanciault, avaient déjà quitté le bateau il y a quelques mois, tout comme un conseiller.

 

L'Équipe pour Saint-Jean était issue de la défunte Équipe Fecteau et comptait en ses rangs Yvan Berthelot, Claire Charbonneau, Christian Marcoux, Patricia Poissant, François Auger et Michel Gendron. Ce dernier avait déjà quitté le parti en août dernier et que des rumeurs voulaient que d'autres y songent aussi.

Les membres restants de l'Équipe pour Saint-Jean, élus majoritaires au conseil municipal, ont donc unanimement décidé de dissoudre la formation. Ils en ont fait l'annonce par voie de communiqué ce matin. Ça veut donc dire qu'ils siègeront tous à titre d'indépendants à compter d'aujourd'hui. Les autres élus de ce que le maire Alain Laplante appelle couramment Le Groupe des 9 étaient déjà indépendants.

Un des anciens dirigeants de l'Équipe pour Saint-Jean, Robert Lanciault, avait lui-même démissionné du parti ces derniers mois. La décision a clairement été prise en vue des élections de 2021. Il faut s'attendre à ce qu'un nouveau parti voie le jour dans les prochains mois.

« Le maire était toujours en train de parler du Groupe des 9, ou de l'Équipe Fecteau, ou du groupe de l'équipe Berthelot, et on veut dissocier dans l'image des gens, que ça ne soit pas une équipe d'opposition qui est en place. Ce sont des gens qui sont élus individuellement et qui veulent travailler pour leur quartier et pour la ville. C'est le conseil exécutif du parti si on veut, avec les élus, qui a décidé qu'on les laissait siéger comme indépendants en attendant d'avoir une nouvelle figure. On a discuté avec certaines personnes qui voudraient se présenter à la mairie et ils ne voudraient pas être associés au parti politique comme tel. »

- Robert Lanciault

De plus en plus, lors des séances du conseil, certains élus de l'Équipe pour Saint-Jean votaient dans une direction différente des autres membres du parti, ce qui alimentait les tensions déjà présentes.

Le maire s'y attendait

C'est nous qui avons appris la nouvelle de la fermeture de l'Équipe pour Saint-Jean au maire Alain Laplante, qui n'était pas surpris. En entrevue, il a déclaré que la chicane est prise parmi les 9 élus majoritaires et que le parti était en difficulté.

Il pense d'ailleurs que ça ne changera rien à la dynamique au conseil municipal.

« On avait déjà vu le responsable des communications du parti qui avait démissionné, le directeur Fernand Pascoal aussi. On avait vu dans les rapports financiers que l'Équipe était toujours sans fonds, avait des dettes électorales. On s'y attendait un peu. [...] Encore hier, le Groupe des 9 a continué à voter ensemble, les gens continuent à suivre Yvan Berthelot, qu'ils soient indépendants ou dans un parti, ça ne change rien. »

- Alain Laplante, maire

Cette réponse a fait vivement réagir le principal intéressé, le conseiller du district 9, Yvan Berthelot.

« Je dirais à monsieur Laplante de s'occuper de son équipe et on va s'occuper de la nôtre. Il n'y a vraiment pas de chicane. Plus souvent, les gens votent ensemble. On voit d'ailleurs dans l'Équipe Alain Laplante que la plupart du temps, les gens votent toujours pareil même si des fois, ç'a n'a pas de sens et suivent aveuglément la politique de l'Équipe Alain Laplante. »

- Yvan Berthelot

Monsieur Berthelot croit d'ailleurs que la notion d'équipe doit être revue dans le monde municipal, car elle amène souvent beaucoup de soubresauts aux assemblées publiques.

Des discussions sont en cours avec le directeur général des élections pour dissoudre le parti Équipe pour Saint-Jean selon les lois.

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !