Portes ouvertes et cérémonie pour le 3e anniversaire de l'attentat à la mosquée

quebec city mosque ctv news

C'est une journée chargée en émotions aujourd'hui à Québec alors que l'on souligne le troisième anniversaire de l'attentat à la grande mosquée de Sainte-Foy.

Une cérémonie aura lieu à la mémoire des six victimes ce soir dans une église de la capitale en compagnie du premier ministre François Legault et du maire Régis Labeaume.

Le choix de l'église St-Mathieu, sur le chemin des Quatre-Bourgeois est symbolique. L'endroit a été choisi pour illustrer la solidarité de l'ensemble de la communauté face au crime raciste rempli de haine envers la minorité musulmane.

Le collectif citoyen « 29 janvier, je me souviens » qui est derrière l'organisation des rassemblements dont le premier avait attiré plus de 15 000 personnes salue l'ouverture et l'élan de solidarité de la population.

Le regroupement estime néanmoins que l'islamophobie existe au Québec pointant pour preuve certains discours sur les réseaux sociaux et la discrimination à l'emploi.

Le discours actuel rend responsables tous les musulmans à chaque attentat commis par une minorité d'intégristes. Par contre, lorsqu'il y a eu l'attentat à la Polytechnique, est-ce qu'on a dit à tous les hommes qu'ils étaient coresponsables de l'attentat? Lorsqu'il y a eu l'attentat au Métropolis, est-ce qu'on a dit à tous les fédéralistes qu'ils étaient coresponsables? Non.

- Sébastien Bouchard, porte-parole du collectif

Le Centre culturel islamique où s'est déroulée la tragédie ouvre aussi ses portes au public toute la journée.

Son président Boufeldja Benabdallah a écorché la loi sur la laïcité qui à son avis divise plus qu'elle rapproche.

La législation interdit le port des signes religieux, dont le voile, pour les emplois en position d'autorité comme les enseignants, les policiers et les juges.

On remarque que les gouvernements en place sont loin de protéger les minorités. Ils font un effort, mais ce n'est pas suffisant.

- Boufeldja Benabdallah, président du Centre culturel islamique

Des victimes encore boudées par l'IVAC

Des victimes traumatisées depuis l'attentat à la grande mosquée de Québec attendent toujours d'être indemnisées par l'IVAC, trois ans jour pour jour après la fusillade.

Selon Radio-Canada, 1,7 million de dollars ont été versés en lien avec la tragédie par le programme d'indemnisation des victimes d'actes criminels.

Une vingtaine de demandes attendent toutefois toujours d'être traitées.

C'est le cas de Karim Mabrouk qui se trouvait à l'intérieur du Centre culturel islamique lorsque 6 fidèles ont été abattus.

L'IVAC conteste la durée de son incapacité à travailler alors que le père de famille a été incapable de rentrer au boulot pendant neuf mois.

L'avocat Marc Bellemare exige une réforme dans les plus brefs délais.

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres

Pour ne rien manquer de nos concours et promotions !