Première convention historique pour les policiers de Mercier

Sur la photo, de gauche à droite : Pierre Fournier, président de la Fraternité des policiers et policières de Mercier, Karine Laforest, directrice des ressources humaines de la Ville de Mercier, Lise Michaud, mairesse de Mercier, Yannick Vaillancourt, trésorier de la Fraternité des policiers et policières de Mercier, et René Chalifoux, directeur général de la Ville de Mercier.

La Ville de Mercier et ses policiers ont signé la première convention collective de l’histoire du Service de police de la Ville de Mercier (SPVDM), le 31 janvier, après plusieurs années de démarche pour obtenir son propre service de police. 

Il s'agit d'un moment historique si l'on considère l'historique de la Ville qui demandait son propre corps policier depuis des années. 

Le 17 juillet 2017, le Service de police démarrait ses opérations après des démarches qui avaient débuté en 2014. 

Dans un souci d'économie mais de couverture jugée plus complète du secteur, Mercier avait demandé à avoir ses propres effectifs au lieu de ceux fournis depuis le début par le Service de police de Chateauguay. 

En juin 2019, les maires des 2 villes s'entendaient à l'amiable sur les coûts de la desserte policière obtenue de Chateauguay, en s'engageant à ne pas contester la décision de la Cour supérieure pour le partage des coûts depuis 2003.   

La saga a donc pris fin le 27 juin 2019 quand Mercier a accepté de payer le montant réclamé. 

La ratification de l'entente pour les policiers du SPVDM est donc un jalon important dans l'histoire de la Ville, comme en témoigne René Chalifoux, directeur général qui est satisfait de l'issue du dossier.   

«La Ville voulait son propre corps policier et initiait la démarche en 2015, une demande entérinée par le ministre de la Sécurité publique de l'époque, Martin Coiteux en septembre 2016. Une accréditation syndicale a été créé et la négociation a été un processus important. Nous avons beaucoup d'excellents commentaires des citoyens sur les services de nos policiers, temps de réponse et efficacité, sans rien enlever aux services que nous recevions de Châteauguay. En ayant le service de police, nous avons un service de proximité et nous pouvoir un impact sur les décisions».

 -René Chalifoux, directeur général de la Ville de Mercier

 La convention collective, en vigueur jusqu’au 31 décembre 2023, prévoit notamment des augmentations salariales annuelles ajustées sur l’indice des prix à la consommation (incluant un minimum de 1,5 % et un maximum de 2 %).

« Les dispositions de la convention collective dont le régime de retraite des employés à cotisations déterminées, respectent le principe de l’équité interne avec les autres corps d’emploi de l’administration municipale. Nous voulions être équitables avec tous nos employés et les policiers sont satisfaits de l'entente »

-René Chalifoux, directeur général de la Ville de Mercier