Près de 40 millions de litres d'eaux usées déversées dans le Richelieu

Rivière richelieu-min

Ce sont finalement 39,6 millions de litres d'eaux usées qui ont été déversés ces trois derniers jours dans la rivière Richelieu, à Saint-Jean-sur-Richelieu. La surverse était planifiée par la ville en raison de l'arrêt nécessaire des postes de pompages Champlain et Gouin pour des travaux.

 

Au final, le déversement aura duré moins longtemps et aura incidemment mené au déversement d'une moindre quantité d'eaux usées dans l'environnement.

L'opération débutée mardi matin au poste Gouin aura duré 56 heures au lieu des 60 prévues par le ministère des Transports, qui supervisait le tout dans le cadre du chantier du pont Gouin. Ce sont donc 24,6 millions de litres d'eaux usées qui auront été déversés, au lieu de 25 millions.

Au poste Champlain, où les réparations ont commencé mercredi matin, les travaux estimés à 14 heures ont été complétés en 10h30, déversant 15 millions de litres d'eaux usées non traitées au lieu de 20 millions.

« Ce sont des estimations qu'on fait au départ. On est tributaires des conditions de chantier et des imprévus qui peuvent survenir durant les travaux. »

- Sébastien Marquis, chef de division à l'assainissement des eaux à la Ville

C'était la deuxième surverse cette année après que 108 millions de litres aient été déversés en mars dernier. Il n'y en a pas d'autres majeures à l'horaire d'ici la fin de l'année.

La Ville a fait une surveillance journalière des berges, tout comme les municipalités en aval, pendant le déversement. Elle a demandé des rapports sur les impacts des rejets, qu'elle n'a pas encore reçus.

DES AMÉLIORATIONS EN COURS

Par ailleurs, la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu faisait piètre figure cette semaine dans un bilan annuel de la Fondation Rivières sur les déversements au Québec.

Des surverses de moindre ampleur que celle planifiée cette semaine surviennent à l'année, la plupart du temps à la suite de grosses pluies, et visent à éviter que les stations d'épuration ne débordent.

Sans vouloir commenter le bilan de la Fondation Rivières, qui n'avait pas consulté en détail, le chef de division à l'assainissement des eaux à la Ville, Sébastien Marquis, assure que c'est une préoccupation.

« Le réseau n'a pas été conçu pour recevoir les eaux de pluie et les eaux sanitaires, donc le surplus est à ce moment-là déversé dans la rivière Richelieu. La municipalité effectue annuellement des travaux de séparation de réseaux, qui fait en sorte que les ouvrages de surverses sont appelés à disparaître, mais il y a quand même beaucoup d'années devant nous. »

- Sébastien Marquis, chef de division à l'assainissement des eaux à la Ville

Il y a une cinquantaine d'ouvrages de surverses sur le territoire johannais.

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !