Producteurs et bloquistes pressent Ottawa de mieux protéger l'agriculture

Producteurs de lait (producteur et vaches) I Stock JackF

Des producteurs agricoles veulent un meilleur soutien de l'agriculture locale des futurs gouvernements fédéraux et éviter des pertes d'emplois et de revenus dans les prochaines années.  Selon eux, les partis fédéraux doivent s'engager à ne créer aucune brèche dans de futurs accords de libre-échange avec les Étas-Unis et d'autres pas.

Dans le projet de loi C216,  le Bloc demande à ce que «le ministère du Commerce ne puisse augmenter le contingent tarifaire aux producteurs advenant de nouveaux traités internationaux, tant pour les producteurs laitiers, de volaille et oeufs».  

Le système permet aux producteurs de tirer des revenus équitables de la production sans subventions directes et de satisfaire à la demande croissante des consommateurs du Québec. 

Pour être optimale, la gestion repose sur trois piliers: le contrôle de la production, la détermination des prix mais aussi, le contrôle des nouveaux intrants sur le marché.

Ce matin, des producteurs de volaille, d'oeufs et de lait de la Montérégie, du Centre-du-Québec et de la Mauricie étaient mobilisés pour demander une adoption de ce projet de loi. 

Dans ces 3 régions administratives, ils sont 2370 sous gestion de l'offre.

Selon eux, il en va de l'avenir de l'agriculture dans les régions du Québec et de sa vitalité économique.  

Plusieurs producteurs de la Montérégie disent avoir essuyé des pertes financières importantes dans les précédents traités de libre-échange et les compensations sont longues à obtenir

 «D'accord en accord, ces supposées petites brèches finissent par donner un gros cratère financier pour les producteurs. Il faut garantir l'intégralité de notre modèle agricole par force de loi. Il faut que tout «ratatinement» de ce modèle soit désormais interdit et que tout ministre au fédéral soit mandaté pour conserver la gestion de l'offre telle qu'elle l'est. »

Simon-Pierre Savard-Tremblay, député bloquiste et porte-parole en matière de commerce international. 

Des producteurs inquiets

Le Bloc veut éviter que les parlementaires en fassent un enjeu partisan. Pour l'instant, le NPD semble favorable au projet de loi alors que les Conservateurs se font attendre alors qu'il sera étudié en comité, le 10 mars prochain.

Deux producteurs laitiers de la Montérégie, Francois Cournoyer de Sainte-Victoire-de-Sorel et Sébastien Robert de Mont-Saint-Grégoire ont aussi témoigné de leur réalité et de l'importance du projet de loi. 

Ils ne veulent pas de subventions mais seulement un système efficace qui donne de la prévisibilité et qui favorise l'autonomie alimentaire.

«On ne comprend pas que les gouvernements créent des brèches de traité en traité. Le système de gestion de l'offre a fait ses preuves. Ca fait 50 ans qu'il protège la vitalité des régions, la compétitivité de nos fermes familiales. Les consommateurs canadiens veulent des produits laitiers avec des valeurs qui leur sont chères en environnement, bien-être animal et qualité.  À travers 3 récents traités, les gouvernements donnaient accès à 8,4% d'accès à notre marché intérieur.»

Sébastien Robert, producteur laitier Mont-Saint-Grégoire

  

Bloc Québécois-Le député fédéral de Saint-Hyacinthe-Bagot Simon-Pierre Savard-Tremblay

Bloc Québécois-Le député fédéral de Saint-Hyacinthe-Bagot Simon-Pierre Savard-Tremblay

 

 

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !