Projet du Groupe Sélection: des Maskoutains craignent d'être «évincés»

Jean-François Desaulniers

Des centaines de personnes marchaient cet après-midi au centre-ville de Saint-Hyacinthe pour demander au Groupe Sélection et à la Ville de Saint-Hyacinthe de faire marche arrière quant au projet de complexe pour aînés. 

C'est que Groupe Sélection veut établir le projet Fridom au centre-ville, un complexe de 35 millions de dollars pour les 55-75 ans au mode de vie actif.  

Pour implanter la nouvelle version de son projet domiciliaire, le Groupe Sélection a obtenu des transferts de cinq offres d’achat sur des immeubles de l’avenue Saint-François.   

Le projet implique aussi l’acquisition d’une parcelle de terrain municipal derrière le Centre des Arts Juliette-Lassonde.  

Une vingtaine de ménages de l'avenue Saint-François disent avoir eu la visite de représentants de la Ville ou de l'Office municipal d'habitation et craignent d'être «évincés».

Or, le taux d'inoccupation à Saint-Hyacinthe se situe à 1,4% et les logements abordables pour les personnes à faible revenu sont rares.  

Pour le porte-parole du RCLAQ (Regroupement des comités logements et associations de locataires du Québec), Maxim-Roy-Allard, le droit au maintien des lieux des locataires est prioritaire.

«Qu'est-ce que les locataires rencontrés vont se faire offrir, ce sont majoritairement des aînés qui ont vécu à cet endroit plusieurs années? Le site visé derrière le Centre d'Art est assez grand pour bâtir sans démolir d'autres immeubles, c'est absurde!  On n'est pas contre l'arrivée de nouvelles constructions mais on demande d'être consulté, dans un contexte de grave pénurie de logements. »  

Le Regroupement et le Comité Logemen'mêle demandent aussi à la ministre de l'Habitation Andrée Laforest de profiter de l'étude du projet de loi 16 pour renforcer les droits des locataires. 

Le promoteur est retourné à la table à dessin

On se souviendra que le projet avait été reporté une première fois en août 2017 pour s'assurer qu'il obtienne l'acceptabilité sociale et pour des consiédrations de stationnements.

En entrevue à BOOM, la vice-présidente aux affaires publiques et communications corporatives de Groupe Sélection Mylène Dupéré expliquait récemment que devant une certaine opposition citoyenne, le promoteur est retourner à la table à dessin pour offrir un complexe qui «se limitera à 8 étages» et qui offrira plusieurs commodités pour les aînés actifs qui veulent profiter des charmes du centre-ville.

 

Volumétrie 1

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres