Projet unique dans le Haut-Richelieu pour les entrepreneurs en détresse

Homme en détresse

Les entrepreneurs et gens d'affaires ne l'ont pas facile en pandémie avec les pertes financières, fermetures et réouvertures et la complexité des programmes gouvernementaux. Heureusement, la Chambre de commerce et d'Industrie du Haut-Richelieu est à l'origine d'une première au Québec: un Programme de soutien psychologique aux entrepreneurs.

L'enjeu du nombre d'inscriptions pour voir un professionnel n'en est pas un financier confirme le directeur général Michel Milot, qui explique qu'il y avait une demande spécifique pour ce service mais que l'aide actuelle était peut-être mal adaptée au milieu des affaires. 

La Chambre de commerce et de l’industrie du Haut-Richelieu a eu l'idée (à l'initiative du député de Saint-Jean Louis Lemieux) de lancer un Programme de soutien psychologique aux entrepreneurs .

En s'inscrivant sur le site de la Chambre, de facon confidentielle, un entrepreneur peut se confier à la fois à un ou une travailleuse sociale,  Laura Ducharme ou Bruno Chagnon qui ont leur expertise.

Le travailleur social a un délai de 48 heures pour répondre à la demande de la personne, un peu sous le même principe des travailleurs de rang qui répondent à la détresse des agriculteurs. .  

Le programme existe tant que la pandémie perdurera.

L’entrepreneur a accès à cinq consultations gratuite dès maintenant et à du support psychologique.

Au-delà des huit (8) séances, l’entrepreneur devra payer les frais des consultations.

Le directeur de la Chambre Michel Milot croit que le programme pourrait faire des petits ailleurs au Québec. 

«Ca n'existe nulle part au Québec, c'est un programme-test. Nous avons constaté de la détresse chez certaines personnes dans les derniers mois. L'idée est venue du député de Saint-Jean qui nous confie ce mandat. Nous savons que le gouvernement va «zyeuter», examiner les retombées du projet et peut-être l'élargir ailleurs au Québec. Certaines personnes ont plus d'aisance avec un travailleur masculin ou féminin, la demande est acheminée directement au bureau du travailleur qui prend le relais. Nous couvrons l'aide psychologique mais l'entreprenenur peut être transféré vers d'autres ressources appropriée et c'est complètement confidentiel»

Michel Milot, directeur général Chambre de commerce et d'Industrie du Haut-Richelieu

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !