Quatre patients du CHSLD Gertrude-Lafrance succombent à un virus respiratoire

Le CHSLD Gertrude-Lafrance, à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Le bilan s'alourdit au CHSLD Gertrude-Lafrance, à Saint-Jean-sur-Richelieu, alors que quatre patients sont morts après avoir contracté ce qui ressemble à un simple rhume.

 

Ce centre d'hébergement de la Montérégie est aux prises avec une éclosion sans précédent de rhinovirus, un virus respiratoire bénin pour les gens en bonne santé, mais qui peut s'avérer mortel pour les plus vulnérables, comme les personnes âgées, les bébés ou ceux ayant plusieurs problèmes de santé. La pneumonie fait partie des complications du rhinovirus.

Le CISSS de la Montérégie-Centre confirme que plus du quart des résidents du CHSLD sont maintenant touchés ou l'ont été, soit 59 personnes. 29 patients sont en isolement, car ils présentent des symptômes, et trois autres le sont de façon préventive.

La propagation s'est faite assez rapidement. Le premier cas a été détecté le 13 septembre, et l'éclosion a été déclarée le 19 septembre, quand le CHSLD a atteint cinq cas.

« La majorité des patients ont très peu de symptômes, donc ils ne se croient pas contagieux. Il faut savoir aussi que les patients ont zéro symptôme pendant 24 à 72 heures, donc ces gens-là ne sont pas nécessairement en isolement, ce qui fait qu'ils peuvent contaminer d'autres personnes sans le savoir. »

- Chantal Boucher, directrice des soins infirmiers et responsable de la prévention et du contrôle des infections au CISSS de la Montérégie-Centre

Mesures de prévention en place

Les visites sont donc toujours restreintes au CHSLD Gertrude-Lafrance jusqu'à nouvel ordre. Le CISSS de la Montérégie-Centre a appliqué cette mesure après avoir détecté les cinq premiers cas. Plusieurs autres mesures ont été mises en place pour tenter de freiner la propagation.

Du personnel et des préposés à l'hygiène ont été ajoutés et le port du masque est également recommandé pour tous les employés.

« On demande aux gens de renforcer l'hygiène des mains, on s'assure avec l'hygiène et salubrité que les surfaces sont désinfectées de façon plus fréquente. Dès que les résidents ont des débuts de symptômes, on les met en isolement. »

- Chantal Boucher, directrice des soins infirmiers et responsable de la prévention et du contrôle des infections

Certaines autres installations du CISSS de la Montérégie-Centre ont des cas isolés de rhinovirus, mais pas d'éclosion.

Responsable de 50% des cas de rhume

Le rhinovirus est à l'origine de 50 % des rhumes qu'on connait, même de 80 % des cas lors de la saison à prévalence élevée, mais est aussi à l'origine des cas d'asthme et d'exacerbation de la maladie pulmonaire obstructive chronique, selon Santé Canada.

Les symptômes comprennent généralement de la fièvre, de la toux, des maux de gorge, de la confusion et de la fatigue extrême, et durent de une à deux semaines. 

Le rhinovirus se transmet par les particules virales en suspension ou par des gouttelettes, mais aussi par contact direct avec une personne infectée. Cette dernière est d'ailleurs contagieuse de 48 à 72 heures avant l'apparition des premiers symptômes.

Est-ce que le pire est passé au CHSLD Gertrude-Lafrance? Il est trop tôt pour le dire, selon la directrice des soins infirmiers au CISSS de la Montérégie-Centre, Chantal Boucher.

« Ça fait 24 heures qu'il n'y a pas eu de nouveaux cas, mais au moment où on se parle, nous, on va pouvoir dire que le pire est passé quand ça va faire 5 à 6 jours qu'on n'a pas de nouveau patient atteint et que les patients n'ont plus de symptômes. »

- Chantal Boucher

(Avec la collaboration de Benoit Chevalier, journaliste Bell Média)

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres