Qui paiera les nouveaux terrains d'écoles en Montérégie?

École ISTOCK MAROKE

Les discussions entre le ministère des Affaires municipales, de l'Éducation et les villes de l'Union des municipalités du Québec sont au point neutre: malgré des échanges francs, chacun des intervenants reste sur ces positions.  

L'Union des municipalités du Québec a rencontré hier, à Québec, la ministre des Affaires municipales Andrée Laforest et le ministre de l'Éducation Jean-François Roberge, à propos de la loi 40.

La discussion portait sur la cession de terrains municipaux aux centres de services scolaires, un point «litigieux» entre les villes et le milieu de l'éducation.

Un amendement de 7 pages à la loi prévoit qu'une ville montérégienne, par exemple, devrait fournir un terrain gratuitement pour la construction d'une école, une disposition qui existait depuis 1995 mais qui n'avait pas force de loi.

Il faut savoir qu'avec la croissance démographique des 10 dernières, une majorité de commissions scolaires de la Montérégie planifie faire des agrandissements et constructions d'écoles, plusieurs élèves sont même à l'étroit dans les classes actuelles.

Selon la présidente et mairesse de Sainte-Julie Suzanne Roy, cette première rencontre a été bonne mais la position du monde municipal est inchangée : il n'appartient pas aux municipalités de payer pour les terrain des écoles. 

«De faire un amendement de 7 pages un vendredi soir sans en avoir discuté avec les villes c'est inacceptable.  La discussion a été franche et sentie. Ce qui est fondamental et nous l'avons fait valoir, c'est qu'il faut éviter de refiler aux contribuables des hausses de taxes, nous devons revoir les ministres dans 2 semaines pour refaire le point»

-Suzanne Roy, présidente de l'UMQ et mairesse de Sainte-Julie 

Du côté de la ministre Andrée Laforest, ses positions restent inchangées: Québec ne compensera pas les villes qui devront offrir gratuitement les terrains aux centres de service.

Soulignons que dès 2018, les membres du conseil d’administration de l’UMQ ont, dans une résolution unanime, enjoint le gouvernement du Québec à prévoir un financement complet de l’achat de terrains à la valeur marchande pour la construction et l’agrandissement d’établissements scolaires.

 



 

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres

Pour ne rien manquer de nos concours et promotions !