Rentrée scolaire différente sur fond de COVID-19 en Montérégie

Les policiers sont plus présents pour surveiller les comportements dangereux à la rentrée scolaire.

La COVID-19 circule beaucoup moins en Montérégie ces dernières semaines, avec généralement moins d'une vingtaine de nouveaux cas par jour. Il ne faut toutefois pas relâcher le respect des consignes sanitaires, surtout avec la rentrée scolaire qui s'amorce aujourd'hui.

 

Les parents ont la responsabilité de surveiller toute apparition de symptômes chez leurs enfants avant de les envoyer en classe. Afin de les aider dans leur prise de décision, Québec a créé un outil d'autoévaluation des symptômes que vous pouvez utiliser ICI.

La directrice de Santé publique de la Montérégie, Dre Julie Loslier, croit que ça va faciliter la vie de tout le monde.

« Pour ne pas que tout le monde se pose des questions ou aille se faire tester pour rien, le gouvernement a mis en place un outil d'autoévaluation des symptômes en ligne. Ça permet aux parents et même aux adultes, ça s'applique à tout le monde, de cocher quels symptômes ils présentent et selon ce qui a été coché, ça permet de dire est-ce que vous devriez ou non aller faire tester votre enfant ou vous faire tester vous-même. »

- Dre Julie Loslier

Si un enfant d'une classe est déclaré positif, il sera retiré le temps de se rétablir et la classe sera isolée.

Également, rappelons que le port du masque est obligatoire pour les 10 ans et plus. Pour les autres, ce n'est pas recommandé, mais ça demeure à la discrétion des parents. La directrice de Santé publique de la Montérégie, Dre Julie Loslier, croit que ça dépend de l'enfant, car s'il ne le porte pas adéquatement et qu'il met toujours ses mains dans son masque puis ensuite touche à tout, ce sera pire.

Présence policière accrue

Qui dit rentrée scolaire dit retour des bons comportements à adopter aux abords des écoles, sans quoi ça pourrait vous coûter cher. Partout en Montérégie, les policiers seront plus présents aux abords des écoles le matin et le soir.

Ils surveilleront notamment le respect de la vitesse de 30 km/h en zone scolaire, les arrêts obligatoires et les passages pour piétons. Les agents seront aussi attentifs au respect de la signalisation des autobus et des brigadiers scolaires, ainsi qu'aux stationnements en zone interdite.

Le Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu sensibilise aussi les parents cette année au «syndrome de la porte».

« Quitte à ne pas respecter les signaux des autobus, des brigadiers, de se stationner en double ou de rouler plus vite que la vitesse permise, des parents sont prêts à faire tout cela pour aller à tout prix porter leur enfant le plus près possible de la porte. C'est ce qu'on veut éviter. »

- Jérémie Levesque, sergent à la section prévention et relations communautaires

Le non-respect des panneaux d'arrêt des autobus scolaires vous coûtera 200$ plus les frais et neuf points d'inaptitude. Les amendes de non-respect des limites de vitesse sont également doublées en zone scolaire durant l'année.

La Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) lance également une campagne de sensibilisation pour prévenir les distractions sur le réseau routier avec la rentrée scolaire. Une petite seconde d'inattention derrière le volant peut nous faire manquer jusqu'à 50% de l'information disponible.

La campagne se déploie sous le thème « Ralentir prévient le pire » et « Gardez toute votre attention sur la route ». 30 personnes ont perdu la vie en raison des distractions et 110 sont mortes à cause de la vitesse depuis 2015.

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !