SAINT-JEAN: Vincent Boucher coupable du meurtre de sa conjointe

Vincent Boucher, 24 ans, est l'ex-conjoint de la victime. Il aurait mal pris la rupture.

À Saint-Jean-sur-Richelieu, Vincent Boucher est reconnu coupable du meurtre prémédité de sa conjointe Laurie-Anne Grenier, en décembre 2018.  Le verdict est tombé après seulement 4 heures de délibérations.  

Boucher avait poignardé à mort sa conjointe lors d'une crise de jalousie qui a éclaté dans l'appartement de la victime sur la rue Bouthillier Nord. Il avait par la suite pris la fuite à Sainte-Adèle dans les Laurentides, où il a été arrêté.

Le jury a complètement rejeté la défense de l'accusé, qui prétendait avoir tué la femme de 27 ans «par accident» alors qu'il était sous l'effet de l'alcool et la drogue. 

Les 12 jurés étaient séquestrés depuis mercredi en fin d'après-midi. Le procès de l'homme de 27 ans s'était ouvert le 3 mai au palais de justice de St-Jean-sur-Richelieu. Trois verdicts étaient sur la table, soit coupable de meurtre prémédité, de meurtre au deuxième degré ou d'homicide involontaire.

Vincent Boucher est condamné à la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.

Des psychiatres ont témoigné 

Dans les derniers jours, le jury avait visionné l'interrogatoire de l'accusé. Boucher y racontait que la soirée était bien entamée et que le couple avait consommé du vin, de la cocaïne et des benzodiazépines. Une dispute aurait alors éclaté, Boucher aurait ensuite poignardée la victime avec l'intention de s'enlever la vie par la suite. 

Deux psychiatres ont témoigné sur l'état mental de l'accusé avec des évaluations contradictoires. 

La défense a tenté de faire valoir que l'accusé était fortement intoxiqué le soir des évènements et qu'il n'avait pas d'intentions violentes envers Laurie-Anne Grenier. L'avocate Valérie La Madeleine a tenté de faire valoir qu'il était en «psychose toxique».

De son côté, la Couronne avançait que l'accusé pouvait être en colère en pensant que Laurie-Anne Grenier aurait pu avoir une relation sexuelle avec un autre homme pendant son absence.   

Sorti de force

Boucher a pris le chemin de la prison, non sans avoir causé une scène.

Il a voulu s'adresser à la cour avant de quitter pour implorer le pardon de la famille de Laurie-Anne Grenier, qui a plutôt demandé au juge Marc-André Blanchard d'abréger ce supplice.

Boucher s'est alors emporté et a dû être sorti de force de la salle d'audience.

Déçue du jugement, son avocate évalue si elle portera la cause en appel. 

(Avec la collaboration de Marie-Pier Boucher, journaliste Noovo Info)

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !