SONDAGE: La génération Z cherche plaisir et bien-être au travail

Jeunes travailleurs heureux

Les jeunes de 26 ans et moins priorisent le plaisir, la passion et le bien-être en emploi avant le prestige et l'argent, selon un nouveau sondage. C'est un des 8 grands constats qui ressort du rapport « La génération Z du Québec et sa vision du milieu du travail », réalisé par Academos.

 

L'entrepreneuriat attire aussi 37 % des répondants en moyenne au Québec, alors que la flexibilité offerte par l'employeur est importante pour 93 % des jeunes, qui cherchent la conciliation travail-famille.

Les valeurs des jeunes Z ont évolué par rapport à leurs prédécesseurs, comme l'illustre la présidente fondatrice d'Academos, Catherine Légaré.

« Ils veulent apprendre beaucoup aussi dans leur travail, ils veulent que ça soit une occasion de se développer, puis il y a toute la question de l'écoresponsabilité de leur employeur aussi qui est importante. Je pense qu'on le voit de toute façon ces temps-ci, les jeunes sont dans les rues, mais ça se reflète aussi dans les choix professionnels. »

- Catherine Légaré, présidente fondatrice d'Academos

Médecin et avocat encore au top

Les jeunes nés après 1993 sont encore davantage intéressés par les professions traditionnelles qu'émergentes (75%) et aspirent à devenir médecins, avocats ou enseignants.

Ces données surprennent la présidente fondatrice d'Academos, Catherine Légaré, qui parvient toutefois à l'expliquer par le fait que les principales sources d'influence des jeunes sur leur choix de carrière, ce sont les parents et leur entourage.

« Parfois, ils ne connaissent pas ces métiers émergents comme en cybersécurité, en intelligence artificielle, donc les jeunes ne connaissent pas ces métiers-là et nous, on va continuer notre mission de ce côté-là [pour les leur faire connaître]. »

- Catherine Légaré, présidente fondatrice d'Academos

Plusieurs ont aussi mentionné que ce qui les inquiète le plus par rapport au marché du travail, c'est de ne pas trouver un métier qu'ils aiment.

Adapter les milieux de travail

La génération Z représentera 20 % de la main-d'oeuvre d'ici 2020.

Leur perception du marché du travail devra donc être prise en compte par les employeurs qui veulent les attirer, conclut la présidente-fondatrice d'Academos, Catherine Légaré.

« C'est de voir comment on peut adapter nos entreprises, parce que ce qui ressort, ce n'est pas que les jeunes cherchent des jeux de babyfoot et des machines à espresso, c'est vraiment qu'ils cherchent des connexions sociales, qu'ils cherchent des occasions d'apprentissage, des occasions d'évoluer. »

- Catherine Légaré, présidente fondatrice d'Academos

D'ailleurs, 52 % des répondants au sondage estiment que l’école les prépare ou les a mal préparés au marché du travail en étant trop théorique, notant un manque d'aide pratique, de soutien en orientation et de cours représentatifs de la réalité.

 

1 268 jeunes de 14 à 26 ans vivant dans toutes les régions du Québec ont répondu au sondage lancé par l'organisme en décembre 2018. Vous pouvez consulter les données par région sur le site web d'Academos.

Infolettre Boom

Abonnez-vous à nos infolettres