Sortir de la pauvreté en Montérégie par la formation et la littératie

lecture

6% de la population âgée de 15 ans et plus du Québec vit dans une «grande vulnérabilité», avec des limitations en lecture ou des lacunes en mathématiques: un frein à l'épanouissement de bien des travailleurs, notamment en Montérégie.

Une nouvelle étude la Fondation pour l'alphabétisation suggère au gouvernement de revoir son approche de la pauvreté pour aider les travailleurs à se requalifier et se sortir de cette spirale de précarité.  

L'enjeu de la littératie (ou l'aptitude à bien lire et comprendre une information) est un frein évident au développement social et économique de la région mais aussi des traveilleurs qui sont incapables d'aspirer à de meilleurs conditions et de meilleurs postes. 

La conclusion de l’étude propose une approche intersectorielle dans les régions pour résoudre cet enjeu, plutôt que des mesures très ciblées. 

En Montérégie, l'indice de grande vulnérabilité est particulièrement élevé à Longueuil à 6%, 5,1% à Saint-Jean et 7,9% à Sorel-Tracy

Il additionne l'indice de pauvreté économique, social et l'indice en littératie

L’auteur de l’étude, l’économiste Pierre Langlois explique l'étude. 

.  

Selon la Fondation, le gouvernement devrait se doter d'un programme spécifique qui comprendrait, par exemple, du soutien financier pour un individu sans contraintes à hauteur de la mesure du panier de consommation (MPC) et associé à un programme de requalification des compétences de base.    

Une telle stratégie permettrait à plus de 176 000 personnes de 20 à 59 ans, sans contrainte à l’emploi, selon l'économiste Pierre Langlois et surtout d'améliorer leur sort d'un point de vue économique.

 

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !