Un don de plasma pour offrir la vie aux personnes immunodéficientes

L'Association des patients immunodéficients du Québec lance un appel au don de plasma.

L'Association des patients immunodéficients du Québec (APIQ) souhaite sensibiliser au don de plasma par une nouvelle campagne participative appelée Acceptes-tu d'être mon donneur de plasma? Elle espère ainsi faire diminuer le recours aux importations, nécessaires pour pouvoir traiter les personnes immunodéficientes de la province.

 

Depuis le début de la pandémie, l'offre mondiale de plasma a chuté de 20 %, alors que la demande est en forte hausse. Actuellement, le Québec s'approvisionne à 72 % en plasma aux États-Unis, les dons locaux étant insuffisants.

L'APIQ a donc un souhait tout simple: elle fait le pari que chaque patient qui vit avec un déficit immunitaire recrute six de ses proches pour qu'ils deviennent des donneurs.

Le plasma est une composante du sang, riche en protéines, qui sert à la fabrication de différents traitements aux immunoglobines. Une personne peut en donner tous les 6 jours, contrairement au plus connu don de sang total, qui sont possible seulement à 28 jours d'intervalle pour les hommes et à 56 jours pour les femmes. Le processus complet de don de plasma prend environ 1 h 30.

Lili-Anne Tellier, une jeune femme de 19 ans de Longueuil, vit avec l'immunodéficience. Ces dons lui apportent la vie et elle espère promouvoir encore davantage la cause auprès de son entourage.

« Ce traitement-là me permet d'avoir une meilleure qualité de vie, ça me permet d'avoir beaucoup plus d'énergie, ça me permet également d'attraper moins les virus et microbes qui se présentent dans la vie de tous les jours. [...] J'ai quand même plusieurs proches qui sont donneurs, et maintenant, je suis rendu à un âge que mes amis également peuvent donner. En étant au courant de ma situation, j'ai plusieurs de mes amis qui m'ont dit, je vais aller donner et je le fais pour toi. »

- Lili-Anne Tellier

On pourrait penser que la pandémie représente un défi démesuré pour la jeune femme. Toutefois, comme elle est déjà très prudente en société et se protège bien pour ne pas être malade, Lili-Anne Tellier reconnait que ça se passe bien.

Augmenter les diagnostics

À ce jour, plus de 300 déficits immunitaires primaires sont connus. Ces traitements font donc une différence pour beaucoup de gens, explique la directrice générale de l'Association des patients immunodéficients du Québec (APIQ), Geneviève Solomon.

Avec la campagne « Acceptes-tu d'être mon donneur de plasma? », l'Association espère aussi que plus de gens immunodéficients seront diagnostiqués.

« Oui, il y a les patients immunodéficients, mais c'est aussi pour des grands brûlés et les hémophiles. À travers le plasma sanguin, on peut aller chercher plusieurs protéines qui sont importantes pour plusieurs pathologies. [...] Pour un patient diagnostiqué, il y en a un présentement qui n'a pas son diagnostic et qui attrape beaucoup d'infections et qui ne sait pas pourquoi. Malheureusement, pour le déficit immunitaire, on soigne les infections, mais on n'en cherche pas nécessairement la cause. »

- Geneviève Solomon, directrice générale de l'APIQ

6 068 usagers ont reçu des immunoglobulines en 2018-2019, selon le rapport le plus récent de l'Institut national de santé publique.

Des vidéos explicatives, des témoignages et des liens vers la prise de rendez-vous sont disponibles sur le site jedonneduplasma.ca. Héma-Québec a également toujours besoin de donneurs de sang total. Vous pouvez avoir plus d'informations sur leur site Internet.

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !