Une table de concertation à Longueuil pour contrôler les cerfs


Cerf Lynn_Bystrom

La Ville de Longueuil met en place une table de concertation pour mieux contrôler la surpopulation de cerfs à long terme. Jusqu'ici, l'entreprise Sauvetage Animal Rescue a  promis de déplacer 15 cerfs vers des refuges pour animaux même si la Faculté de médecine vétérinaire juge inacceptable la demande de relocalisation. 

Il y a quelques jours, la Ville de Montréal a pris les grands moyens pour réduire la population de cerfs de Virginie qui est en augmentation dans l’est de l’île  

Plus de 40 cerfs pourraient être abattus au parc-nature de la Pointe-aux-Prairies à Montréal. 

Comme à Longueuil, les cerfs de Virginie qui occupent le parc de la Pointe-aux-Prairies empêchent la régénération de la végétation

La table de concertation à Longueuil doit aussi pencher sur les effets néfastes de l’agrile du frêne et les pressions liées à une fréquentation accrue des milieux naturels

Des experts de différents domaines devront recommander à la Ville des mesures durables pour la protection des milieux écologiques du parc, incluant la gestion de la faune

La Table de concertation sera mise en place en mai 2021 et ses recommandations seront connues avant la fin de l’automne 2021. 

Pour le reste quant à la relocalisation des cerfs, selon Sauvetage Animal Rescue, il semble que pour l'instant, la Ville et le ministère de la Faune et des Parcs se relancent la balle. La stérilisation des femelles du parc serait l'un des scénarios envisagés par l'organisme en plus d'une relocalisation.  

«Le comité de concertation est mis sur pied, c'est une bonne chose mais les 15 cerfs sont probablement 20 ou 30 puisqu'ils se reproduisent. Nous n'avons pas de réponse sur la relocalisation mais nous recommandons la stérilisation de toutes les femelles du parc pour freiner la surpopulation. Nous avons fait appel à des experts indépendants pour prendre chacun des points négatifs soulevés par le comité d'éthique et y répondre.  Quant à la Ville et au ministère de la Faune, ils s'échangent la balle.  Il y a trois scénarios dont celui de l'abattage qui est toujours sur la table mais nous estimons qu'il est toujours possible de relocaliser sécuritairement tout en stérilisant les femelles»

Éric Dusseault, directeur général Sauvetage Animal Rescue