ÉCLOSION: La gestionnaire du CHSLD Sainte-Croix relevée de ses fonctions

Le CHSLD Sainte-Croix, à Marieville.

La gestionnaire locale par intérim du CHSLD Sainte-Croix de Marieville, où 25 résidents sont morts depuis un mois en raison d'une éclosion majeure de COVID-19, a été relevée de ses fonctions. Plus de 150 résidents et employés ont contracté le virus. Un bris d'équipement d'analyse des tests de dépistage a notamment contribué à empirer la situation.

 

Le virus a fait son chemin dans l'établissement à la fin septembre après qu'un employé testé positif, mais asymptomatique, soit rentré travailler. L'éclosion a rapidement pris de l'ampleur. Au total, 79 résidents ont contracté le coronavirus, dont 25 qui y ont succombé. 73 employés ont aussi été infectés.

Actuellement, 37 cas sont toujours actifs au sein des usagers alors qu'on dénombre 31 employés atteints ou en retrait préventif. Aucun n'est décédé. Le président-directeur général du CISSS de la Montérégie-Centre, Richard Deschamps, a expliqué ce matin qu'en général, les personnes atteintes ne présentaient pas de symptômes.

Des dépistages massifs ont rapidement été faits, mais un bris d'équipement au laboratoire d'analyse des tests pendant quatre jours a notamment contribué à empirer l'éclosion. Ce bris a entraîné des délais importants dans la divulgation des résultats.

« Conséquemment, les personnes asymptomatiques pour les analyses ont attendu leur résultat entre 5 et 7 jours pour les dépistages du début d'octobre. Or, si des résidents sont positifs sans le savoir et sans avoir développé de symptômes, ça peut amener de la transmission dans le milieu et limiter notre stratégie de mitigation de l'éclosion. »

- Richard Deschamps, président-directeur général du CISSS de la Montérégie-Centre

Le président-directeur général du CISSS de la Montérégie-Centre, Richard Deschamps.

Capture d'écran lors du point de presse. Le président-directeur général du CISSS de la Montérégie-Centre, Richard Deschamps.

GESTIONNAIRE RELEVÉE DE SES FONCTIONS

Une enquête interne est en cours depuis deux semaines pour établir exactement les causes d'une éclosion de cette ampleur. La gestionnaire locale par intérim qui s'occupait du CHSLD Sainte-Croix a depuis été relevée de ses fonctions.

Elle a été remplacée par la directrice du Soutien à l'autonomie aux personnes âgées du CISSS, Brigitte Brabant. Elle officie à titre de gestionnaire de site et « elle est là tous les jours et fait de très longues journées », selon le PDG.

Richard Deschamps prend la responsabilité de la situation et s'estime imputable de ce qui se passe dans tous les établissements du CISSS qu'il gère.

« Il est fort à parier qu'on a eu des manquements au niveau de l'observance des mesures, au niveau de l'application du port des équipements de protection individuelle et des mesures de prévention des infections. On demande la collaboration des employés. D'ailleurs, c'est pour ça qu'on a augmenté considérablement la sécurité. »

Pour le ministre de la Santé, Christian Dubé, cette décision est en ligne avec la volonté du gouvernement de rendre plus imputable les gestionnaires dans le milieu de la santé.

« C'est une décision qui relève du PDG de la Montérégie-Centre. Si je comprends la situation, il y a eu une analyse de ce qui s'est passé notamment au CHSLD Sainte-Croix, et après avoir analysé les faits, il y a une décision qui a été prise. Cette décision-là s'est prise dans un contexte de responsabilité et d'imputabilité, et je respecte la décision du PDG. »

- Christian Dubé, ministre de la Santé

Par ailleurs, l'enquête de l'équipe SWAT déployée par le CUSM dans les dernières semaines a relevé qu'en général, les bonnes pratiques étaient respectées, mais qu'il fallait être plus vigilants dans la vérification des symptômes des employés lorsqu'ils reviennent de la communauté, notamment.

« Je veux offrir mes condoléances aux familles éprouvées par le décès de leur proche. Je comprends également les préoccupations et les inquiétudes des familles qui ont un proche actuellement dans notre établissement. Je peux vous assurer qu'on va faire le maximum pour assurer leur protection, » a ajouté le PDG du CISSS.

Plusieurs mesures ont été mises en place au CHSLD Sainte-Croix depuis la fin septembre. Le CISSS de la Montérégie-Centre a renforcé l'équipe médicale, des gestionnaires sont sur place en tout temps et des uniformes ont été fournis au personnel, qu'ils ne doivent porter que sur place.

ÉCLOSION MAJEURE AUSSI À BROSSARD

Le CISSS de la Montérégie-Centre est également préoccupé par l'éclosion majeure au CHSLD privé conventionné Marcelle-Ferron de Brossard.

40 résidents et une vingtaine d'employés sont atteints de la COVID-19. On y compte également 12 décès.

Le président-directeur général du CISSS de la Montérégie-Centre, Richard Deschamps, parle d'un bon partenariat avec la direction pour améliorer les choses.

« Dans les prochains jours, on veut intensifier nos mesures aussi. On veut entre autres travailler avec eux pour isoler sur un seul étage les patients. La Croix-Rouge a aussi été sur place pour s'assurer des mesures de prévention et contrôle des infections. Des aides de service sont prévues aussi pour aller soutenir le milieu, parce qu'il y a des enjeux de pénurie de main-d'oeuvre. »

- Richard Deschamps, PDG

Voici un résumé de tout ce qu'il faut savoir sur la COVID-19 ce jeudi 29 octobre