Encore des millions de litres d'eaux usées déversés dans nos rivières

La Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu invite ses citoyens à réduire la quantité d'eau potable utilisée puisqu'un déversement massif est prévu aujourd'hui dans la rivière Richelieu.

La Fondation Rivières appelle le gouvernement à l'action pour réduire les déversements d'eaux usées encore trop fréquents dans les rivières du Québec. 70% des municipalités contaminent encore, selon un bilan de l'organisme, pour plusieurs raisons.

 

La Fondation Rivières a étudié le système d'assainissement des eaux de 130 municipalités sur 3 ans. On apprend qu'en 2018 seulement, il y a eu 53 645 surverses, soit 147 débordements d'eaux usées en moyenne chaque jour.

Au total, 62 stations d'épuration ont dérivé plus de 21 millions de mètres cubes d'eaux usées non traitées dans l'environnement. C'est près de trois fois plus que ce qui avait été déversé lors du «flushgate» dans le fleuve Saint-Laurent à Montréal et qui avait choqué bien des gens, en 2015.

Plusieurs problématiques expliquent ces chiffres peu reluisants, qui ne seront pas appelés à diminuer dans les prochaines années, selon la Fondation Rivières.

« Il y a de plus en plus de constructions qui sont faites, et le ministère de l'Environnement donne des permis de construction alors que les infrastructures municipales n'ont pas la capacité de recevoir des eaux supplémentaires. C'est une des explications qu'on identifie. [...] Il y a aussi tous les problèmes de drainages, d'imperméabilisation des sols, donc l'asphaltage et tout ça, qui font que les eaux se retrouvent dans le réseau d'égout. Il y a les changements climatiques qui font que les intensités de chaque pluie sont plus importantes, le déficit d'entretien aussi. Un grand problème, c'est le manque d'accompagnement du gouvernement. »

- Alain Saladzius, président de la Fondation Rivières

Le président demande une meilleure concertation régionale pour cibler les enjeux, en collaboration avec les organismes de bassins versants. L'aide gouvernementale peut atteindre 95% pour les stations d'épuration, ce qui est une bonne chose, toutefois Alain Saladzius croit que les ministères de l'Environnement et des Affaires municipales devraient mieux se concerter pour cibler les projets prioritaires dans lesquels investir.

De plus, la Fondation Rivières ajoute que les municipalités attendent depuis 2014 l'attestation d'assainissement du ministère, soit « une nouvelle norme qui viendra établir le nombre maximal de surverses que peuvent tolérer les différents bassins versants et les normes de traitement à atteindre ».

Cinq grands bassins versants où vivent près d'un million et demi de Québécois ont été ciblés par l'étude, soit les rivières Richelieu, Bécancour, Châteauguay, L'Assomption et la Baie Missisquoi. En Montérégie, la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu a d'ailleurs dû déverser 108 000 mètres cubes d'eaux usées dans la rivière Richelieu en mars dernier, le temps de faire des travaux à sa station d'épuration.

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !