Un présumé trésor du Titanic est analysé de près au Québec

Des chercheurs en archéologie de l'Université du Québec à Rimouski cherchent à authentifier le message en français contenu dans une bouteille qui aurait été lancée à la mer par une jeune passagère du Titanic, la veille du naufrage, soit le 13 avril 1912.

Des chercheurs en archéologie de l'Université du Québec à Rimouski cherchent à authentifier le message en français contenu dans une bouteille qui aurait été lancée à la mer par une jeune passagère du Titanic la veille du naufrage, soit le 13 avril 1912. 

La bouteille a été retrouvée au printemps 2017, par une famille de Dieppe au Nouveau-Brunswick, sur une plage d'Hopewell Rocks, dans la baie de Fundy.  Elle contient une lettre écrite en français, par Mathilde Lefebvre, une Française de 13 ans, de Pas-de-Calais, dans le nord de la France. 

"Je jette cette bouteille à la mer au milieu de l'Atlantique. Nous devons arriver à New York dans quelques jours. Si quelqu'un la trouve, prévenez la famille Lefebvre à Liévin". - Mathilde Lefebvre, 13 ans

UQAR/Lettre présumément écrite par Mathilde Lefebvre en 1912 

Google Maps /Le point rouge marque l'endroit où la bouteille a été trouvée.

Qui est Mathilde Lefebvre ? 

L'adolescente était passagère de 3e classe du Titanic avec sa mère, Marie Daumont et trois de ses frères et soeurs. Ils allaient rejoindre son père Franck Lefebvre qui avait quitté la France en 1910 avec quatre autres de ses enfants pour tenter sa chance en Amérique. Mathilde et sa famille ont malheureusement péri dans le naufrage survenu dans la nuit du 14 au 15 avril 1912. 

UQAR/La missive a été analysée de près par les chercheurs de l'UQAR.

Un véritable trésor du Titanic ? 

La bouteille contenant ce message pourrait être le premier artéfact du Titanic découvert sur les côtes américaines. C'est l'avis de l'historien, Maxime Gohier. 

Il fait partie d'une équipe multidisciplinaire qui a analysé la lettre, la bouteille et le bouchon pour déterminer qu'ils proviennent bien du siècle dernier. Les courants océaniques ont été analysés pour savoir s'il est possible que le contenant de verre puisse s'échouer au Nouveau-Brunswick. Les chances seraient d'environ 1 sur 100 000 en raison des courants océaniques. Les scientifiques veulent également comprendre comment l'objet a pu être enseveli pendant plus de 100 ans avant d'être finalement retrouvé par Nacera Bellila, El Hadi Cherfouh et leurs enfants Koceila et Dihia. 

On ne sait pas non plus avec certitude si la missive a bien été écrite par Mathilde Lefebvre. L'écriture diffère de ce qui était enseigné dans les écoles françaises au début du XXe siècle. Pour le prouver, le professeur Gohier cherche un manuscrit de l'adolescente. 

« Si jamais, par un extraordinaire hasard, quelqu’un possédait un manuscrit de Mathilde, par exemple un cahier d’école, nous l’invitons à communiquer avec nous » - Maxime Gohier, historien 

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !