Usine Champag à Saint-Roch: des citoyens interpellent le gouvernement

Facebook Stoppons l'usine de Champag-Un groupe de citoyens ne veut pas de la venue de cette usine au sein de la municipalité

Le ton monte à Saint-Roch-de-Richelieu alors que le groupe "Stoppons l'usine de Champag" demande au ministère de l'Environnement d'intervenir dans le dossier d'usine de substrat de Champag.  L'entreprise doit déposer une poursuite de 1,8 millions de dollars contre la Ville pour faire valoir son droit de s'installer sur la Côte-Saint-Jean, malgré la grogne populaire.

En octobre 2020, la Cour suprême rendait sa décision et n'entendra pas la cause de l'actuelle administration qui s'oppose à l'actuel projet, une volte-face par rapport à l'ancien conseil de 2017.  Conséquemment, l'administration a dû délivrer le permis de construction à l'entreprise dans les derniers jours.

Auparavant, la Cour supérieure avait donné raison à la Ville de St-Roch-de-Richelieu mais la décision a ensuite été renversée en Cour d’appel en faveur de Champag

 L'entreprise défend l'existence de son projet par son caractère agricole alors que la municipalité plaidait un usage industriel.

Les citoyens répliquent toujours qu'il n'y a pas d'acceptabilité sociale en raison du trafic lourd, des odeurs de fumier produites et des possibilités de contamination de la rivière Richelieu. 

Ils s'interrogent aussi fortement sur les intentions de l'entreprise alors qu'une pétition a déjà été déposée contre le projet et que les élus de la MRC Pierre-de-Saurel se sont prononcés contre.

 Le collectif demande maintenant au ministère de l'Environnement d'intervenir et de tenir une audience au Bureau d'audiences publiques en environnement le plus rapidement possible.

Selon le porte-parole du collectif Patrick Ney, la croisade judiciaire entre la Ville et l'entreprise a assez duré et quelqu'un doit trancher une fois pour toute.

 «La Ville n'a pas le choix d'émettre le permis à Champag mais parallèlement, l'entreprise réactive une ancienne poursuite de 2018 contre l'ancien conseil.  L'entreprise demande des millions à la Ville pour se payer une nouvelle usine sur le dos des contribuables, c'est ce que l'on pense. Il faut que quelqu'un mette ses culottes, cette saga a assez duré : nous demandons à ce que les députés caquistes, le ministère de l'Environnement interviennent et même le gouvernement Trudeau.  Il faut un BAPE bien documenté et complet rapidement. Il y aura de nombreux impacts environnementaux, c'est connu. Nous demandons aux citoyens d'interpeller leurs élus. Nous prétendons qu'avec les odeurs de fumier, Saint-Roch-sur-Richelieu deviendra une zone sinistrée sur plusieurs kilomètres alors que c'est un endroit touristique avec un camping notamment»

Patrick Ney, porte-parole Stoppons l'usine de Champag

L'entreprise dispose d'un permis de construction

En contrepartie, la direction de l'entreprise estime que Saint-Roch aurait dû lui délivrer un permis de construction en 2017 et dit compiler des pertes de revenus importantes pour les mois d'opérations perdus.  

Le projet d’usine est évalué à une vingtaine de millions de dollars. 

Le directeur général de Champag Agnesh Marsonia maintient qu'il entend obtenir toutes autorisations en environnement avant de procéder mais garde toujours le cap sur le même projet au même emplacement.  

L'entreprise a reçu son permis pour construire dans les derniers jours et consulte ses avocats pour établir les dommages compensatoires liées aux pertes de revenus, pendant ces années.

«Nous avons reçu notre permis de construction la semaine dernière.  Nous débutons des études avec le ministère de l'Environnement. Le projet d'usine pourrait coûter un peu plus de 28 millions mais nous envisageons un peu moins d'employés. Nous pensons que la construction pourrait débuter l'année prochaine»

Agnesh Marsonia, pdg de l'entreprise Champag

 

Infolettres Boom 104.1 - 106.5

Contenu en rafale, promotions exclusives, concours et bien plus encore !