Course à la mairie de Drummondville : 10 questions aux candidats(e)

Drummondville - Hôtel de Ville autre belle

L'équipe de Noovo Info Drummondville [105,3 Rouge et 92,1 Énergie] vous présente 10 questions d'ordre général destinées aux trois candidats à mairie de Drummondville, soit Alain Carrier (maire sortant), Stéphanie Lacoste (conseillère municipale) et Othman Bouattour.

 Les candidats ont reçu le questionnaire d'avance et ils devaient respecter un maximum de plus ou moins 100 mots par réponse.

 

PRÉSENTATION DES CANDIDATS

ALAIN CARRIER

Alain Carrier, 64 ans, marié et père de 3 enfants et de 5 petits-enfants. Études: Secondaire V et perfectionnement en horticulture et gestion d'entreprises. Homme d'affaires qui contribue et finance bon nombre d'organismes communautaires de la région.

 

STÉPHANIE LACOSTE

Je suis Stéphanie Lacoste, 42 ans, mariée et mère de trois garçons. J’ai des études en administration, option commerce international, une formation qui m’a beaucoup servi dans mes engagements auprès de ma communauté. J’ai en effet participé à de nombreux conseils d’administration (CPE, Carrefour jeunesse-emploi, Drummondville olympique, Réseau aquatique Drummond, Réseau plein air Drummond), en plus des conseils d’établissements d’écoles et du comité de parents, dont j’ai assumé la présidence pendant quelques années. Élue pour la première fois comme conseillère municipale en 2015, j’ai fait ma place au sein du comité exécutif en travaillant toujours avec énergie, passion et rigueur.

 

OTHMAN BOUATTOUR


Homme d'affaires de 43 ans d'origine Tunisienne. Père de deux jeune enfants. M. Bouattour réside à Drummondville depuis 4 ans. Il a déjà fait de la politique en Europe en plus d'avoir habité en Alberta pendant quelques années. À Drummondville, M. Bouattour a travaillé à titre d’opérateur et d’employé à la maintenance dans deux usines.

Voici les 5 premières questions sur une série de 10.

 

1. Pourquoi voulez-vous devenir maire ou mairesse de Drummondville ?

Alain Carrier : Pour continuer le travail que j'ai commencé il y a à peine un an et prouver à la population que nous pouvons faire mieux pour notre ville. 

Stéphanie Lacoste : Drummondville mérite une relance inspirée par une nouvelle génération de leaders positifs, qui croient en la participation citoyenne et à la concertation. Depuis le départ d’Alexandre Cusson, la population n’a pas eu l’occasion de se prononcer sur l’avenir de notre ville. Cette fois-ci, il y a un choix à faire. Au lieu d’une vision simpliste et autoritaire, je propose d’utiliser la diversité d’opinion au bénéfice de Drummondville. Je me présente aux électeurs et électrices comme la personne qui saura unir les gens de tous horizons, ceux et celles qui veulent faire avancer notre ville, pour relever ensemble les défis d’aujourd’hui.

Othman Bouattour : Servir les Drummondvilloises et Drummondvillois est un honneur pour moi.

 

2. Si vous êtes élu(e), quel dossier retiendra votre attention en tout premier lieu ?

Alain Carrier : La relance économique, la réfection de nos rues, les garderies.

Stéphanie Lacoste : Comme plusieurs, j’espère sincèrement que le pire de la pandémie est derrière nous. Il serait donc temps de proposer des moyens concrets pour relancer intelligemment l’économie. Puisque Drummondville est une terre fertile pour les PME, nous avons ce qu’il faut pour développer un créneau d’excellence en intelligence artificielle et robotisation, à même le parc industriel. L’expertise du Centre collégial d’expertise en gérontologie (CCEG) du cégep de Drummondville doit aussi être mise de l’avant pour créer un véritable pôle d’innovation dans l’offre de biens et services participant à l’amélioration de la qualité de vie des aînés. Sans oublier l’usine de traitement des eaux, projet essentiel à notre ville.

Othman Bouattour : La pénurie de mains d'œuvre. Valoriser nos aînés. Sécuriser nos enfants dans leurs écoles. Reconnaissance du travail extraordinaire du staff de la santé et de la commission scolaire. Nos jeunes seront du cœur de nos résolutions.L'énergie durable sera une priorité. Une vie plus agréable et plus valorisante avec des jardins communautaires servez-vous par quartier.

 

3. Êtes-vous plutôt en faveur d'une hausse de taxe, une baisse ou un gel ? 

Alain Carrier : Je suis pour maintenir un taux de taxation enviable pour le meilleur service aux citoyens.

Stéphanie Lacoste : La pandémie a laissé des traces dans les finances des citoyens. L’inflation moyenne au pays frôle 2,8 % en 2021, et les perspectives restent incertaines. Dans ces circonstances, je suis en faveur d’un gel de taxes, au moins pour la première année d’un premier mandat. Comme les villes n’ont pas le droit de faire de déficit, une baisse aurait des répercussions sur le niveau de services, ce qui n’est pas réaliste en ce moment, entre autres avec les travaux importants que nécessitent nos infrastructures.

Othman Bouattour : Malgré l'inflation, gel des taxes, économie verte et de proximité.

 

4. L'entretien des infrastructures est un enjeu important, notamment les rues/routes. Votre vision des investissements dans ce domaine ?

Alain Carrier : En effet, nous devons refaire notre réseau routier qu'on a laissé pour compte ces dernières années. Il faut cesser d'improviser des pistes cyclables sur nos rues principales avec un trafic automobile important. ex: Jean de Brébeuf et St-Pierre. En 2021, dès mon arrivée, j'ai proposé au conseil d'injecter un montant additionnel de 10Ms. Un montant de 5Ms a quand même été accepté par la majorité.

Stéphanie Lacoste : Je veux lancer un grand projet de réfection des rues avec une enveloppe de 100 M$ répartie sur 10 ans. Ici encore, la concertation a une importance capitale : nous devons améliorer la synergie entre le service de l’ingénierie, le service des travaux publics et les entrepreneurs afin d’améliorer l’efficacité et réduire les impacts négatifs des chantiers. Il faut aussi s’assurer d’instaurer de bonnes pratiques. Par exemple, une simple couche d’asphalte a souvent une durée de vie très limitée, alors que d’autres revêtements ou une surface plus épaisse de nos rues résidentielles pourraient augmenter leur durabilité à long terme.

Othman Bouattour : Investissement en priorité sur l'énergie durable qui nous ramènera à la ville et citoyens l'optimisation des dépenses. L'infrastructure continuera à être maintenu, des nouvelles routes serons construitent avec la fusion (référendum) des trois villes voisines.

 

5. Le dernier conseil municipal de Drummondville a voté pour contester devant les tribunaux le décret du gouvernement du Québec visant l'agrandissement du site d'enfouissement de Waste Management. Advenant votre élection, allez-vous soutenir cette démarche ? 

Alain Carrier : Absolument, nous irons jusqu'au bout dans ce dossier où, à date, tous les tribunaux nous ont donné raison. Notre prise d'eau potable est un enjeu majeur et je compte bien défendre le dossier énergiquement.

Stéphanie Lacoste : J’ai voté en faveur de cette proposition et je continue de croire que c’était la bonne décision. Nous avons fait nos devoirs, à Drummondville, en instaurant des collectes sélectives, en limitant la collecte des déchets à un seul ramassage aux trois semaines et en sensibilisant la population sur ces enjeux. Les résultats démontrent clairement une baisse au niveau du bac gris. Il est donc inacceptable que notre leadership dans la gestion des matières résiduelles soit « récompensé » par une obligation d’accepter les rebuts de villes qui tardent à mettre en place des pratiques environnementales aussi saines.

Othman Bouattour : Informations complémentaires et aspect technique restent à collecter pour se prononcer.

 

La suite du questionnaire aux candidats à la mairie de Drummondville : ICI