Cyberintimidation : peu de cas chez les élues de Drummondville

Surfer sur Internet

Les conseillères municipales de Drummondville se disent peu touchées par la cyberintimidation.

Les élues ont été questionnées à la suite de la sortie de la députée de Sherbrooke, Christine Labrie, sur la cyberintimidation dont sont victimes des politiciennes. Cette prise de parole survient dans le cadre de la campagne "12 jours contre la violence faite aux femmes" qui prend fin ce vendredi.

 

EXTRAITS DE MESSAGES HAINEUX REçUS PAR DES DÉPUTÉES ET LUS LE 27 NOVEMBRE AU SALON BLEU PAR CHRTISTINE LABRIE
(vidéo complète ci-bas)

  • "Si j'étais ton fils ou ta fille, j'aurais honte de ma mère."
  • "Tu devrais décrisser, car tu n'es qu'une pollution à voir."
  • Retourne vivre dans le village d'où tu viens, inutilité vivante."
  • "Osti de plotte sale criminelle et corrompue."
  • "Minable prostituée du crime organisé, va te faire enculer crisse de salope."

 

PEU DE MESSAGE HAINEUX ENVERS LES ÉLUES DRUMMONDVILLOISES

Deux des 4 conseillères municipales de Drummondville affirment avoir déjà reçu des messages haineux, mais elles estiment qu'il s'agit de cas isolés. Règle générale, la population drummondvilloise échange avec politesse sur les réseaux sociaux. Les élues ont préféré taire qui était la cible des messages et qui en étaient les auteurs.

 

Stéphanie Lacoste, conseillère municipale, estime que la politique de proximité joue peut-être un rôle et fait en sorte que les messages haineux sont moins nombreux tout comme les insultes gratuites.

"C'est qu'on est facile à rejoindre. Les gens prennent leur téléphone et ils nous appellent. Ils reçoivent une réponse assez rapidement. On représente un district qui n'est pas formé de 100 000 personnes et plus et cela fait qu'on est très proche de nos citoyens. Cela amène de beaux dialogues et l'on essaie de trouver des solutions".

 

Stéphanie Lacoste précise que, même si les messages haineux ou les insultes sur les réseaux sociaux sont peu nombreux, qu'il faut prendre l'habitude de les dénoncer.

 

UN MESSAGE DE LA DÉPUTÉE DE SHERBROOKE

Le 27 novembre dernier, la députée de Sherbrooke, Christine Labrie a livré un message troublant en lien avec la cyberintimidation.