Détecter la COVID-19 dans les eaux usées

covid19

Drummondville pourrait faire partie d'un projet pilote sur la détection de la COVID-19 dans les eaux usées.

Des chercheurs de l'Université du Québec à Trois-Rivières mènent ce projet pour la Ville de Trois-Rivières et bientôt pour des villes du Centre-du-Québec.

Le territoire de Drummondville est dans leur mire tout comme celui de Victoriaville. Des discussions seraient en cours avec les élus(es).

L'idée d'analyser les eaux usées vient du fait que la COVID-19 peut rapidement être détectée dans les eaux usées, avant même l'apparition de symptôme.

Le coronavirus se retrouve dans les selles des personnes infectées. À long terme, ce procédé pourrait soutenir la lutte à la propagation de la COVID-19.

François Guillemette est professeur au département des Sciences de l'environnement à l'UQTR.

" On excrète [des traces du virus] même en période " présymptomatique ", donc la période d'incubation où on n'a pas encore de symptômes. Donc, on peut détecter quelque part entre 2 à 5 jours, de manière précoce, l'apparition d'un virus dans une population. Le tout donne une espèce de fenêtre, par exemple à la Santé publique, pour prendre les premières dispositions ou les premières mesures d'hygiène."


Des analyses pour détecter la COVID-19 dans les eaux usées se font actuellement par diverses équipes de recherches à Montréal, Laval, Québec et Shawinigan. Le Centre national en électrochimie et en technologies environnementales (CNETE) procède aux tests pour Shawinigan.