Enfouissement à Drummondville : Québec dit oui à Waste Management

WasteManagement-@-Crédit-photo-Eric-Beaupré-Vingt55-2

Québec donne son feu vert à Waste Management pour la poursuite de l'exploitation de son lieu d'enfouissement technique à Drummondville.

Le ministère de l'Environnement estime que la poursuite de l'exploitation du site est essentielle pour répondre aux besoins actuels d'élimination des déchets.

Le ministre de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques, Benoit Charette.  Crédit photo : Assemblée nationale

 

Benoit Charette, ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et ministre responsable de Laval.

" Si cet agrandissement n'avait pas été autorisé, aucun autre site existant n'aurait eu la capacité de recevoir la quantité de matières qui est envoyée à Saint-Nicéphore. Or, bien que notre gouvernement ait annoncé plusieurs mesures qui permettront de réduire les matières de l'enfouissement, le Québec continuera à produire des déchets. Nous devons donc nous assurer que ceux-ci soient gérés de la meilleure façon, ce qui est le cas à Saint-Nicéphore. Par ailleurs, nous annonçons aujourd'hui une réflexion sur la façon dont nous devrons gérer nos résidus ultimes dans les prochaines années, puisque plusieurs autres sites d'enfouissement au Québec sont aussi confrontés à des enjeux de capacité. "

 

Comité de vigilance - Waste Management

OUI, MAIS POUR 10 ANS

La phase 3A du site d'enfouissement du secteur St-Nicéphore à Drummondville, actuellement en exploitation, prendra fin l'an prochain.

Le projet de la phase 3B de Waste Management, accepté par Québec, vise un tonnage annuel maximal de 430 000 tonnes de matières résiduelles.

Toutefois, l'autorisation vaut pour une période de 10 ans alors que l'entreprise souhaitait obtenir une autorisation pour 23 ans.

Québec estime qu'il s'avère difficile d'évaluer les besoins d'enfouissement à long terme compte tenu des incitatifs à la réduction qui seront mis en oeuvre dans les prochaines années, dont une réforme de la collecte sélective et le déploiement de la collecte des matières organiques sur tout le territoire.

André Lamontagne, ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, ministre responsable du Centre-du-Québec et député de Johnson.

" Nous sommes sensibles aux préoccupations soulevées par ce projet d'agrandissement et soyez assurés que le gouvernement a entendu la voix des citoyens. C'est une décision qui a été difficile, mais qui se veut responsable, compte tenu des capacités d'enfouissement au Québec. L'autorisation se limite à une période de dix ans. Le gouvernement va travailler à trouver une solution à long terme. "

La Ville de Drummondville, les élus(es) au conseil municipal et plusieurs citoyens s'opposent farouchement à cette décision.

Waste Management doit d'ailleurs obtenir d'autres autorisations, notamment de la Ville de Drummondville, afin de mener à terme son projet.

 

UN LITIGE DEVANT LES TRIBUNAUX

Waste Management et la Ville de Drummondville se font face actuellement dans une cause devant la Cour supérieure du Québec. Waste Management conteste la validité du zonage municipal pour le site d'enfouissement du secteur St-Nicéphore. La multinationale exige que Drummondville modifie son règlement de zonage afin d'agrandir son site d'enfouissement et ainsi pouvoir poursuivre son exploitation. Le juge assigné au dossier a pris la cause en délibéré le 23 septembre dernier après deux jours de procès. Une décision devrait être rendue prochainement.

 

UNE GESTION PAR TERRITOIRE?

Depuis janvier 2019, les déchets résidentiels de la MRC de Drummond sont envoyés au site d'enfouissement Gesterra à St-Rosaire (Centre-du-Québec). Le site d'enfouissement de Waste Management à Drummondville accueille les déchets des commerces/industries et institutions du grand Drummond ainsi que les déchets résidentiels d'autres municipalités hors de la MRC de Drummond.