Frères du Sacré-Coeur : la Cour supérieure approuve le jugement

Agression sexuelle

La Cour supérieure du Québec approuve l'entente survenue dans le dossier des actions collectives contre les Frères du Sacré-Cœur. Le juge Christian Immer a donné son aval à l'entente à l'amiable de 60M$ en faveur des victimes d'agressions sexuelles.

Pour les avocats représentants les victimes, il s'agit d'ailleurs d'une entente historique. Me Robert Kugler du cabinet Kugler Kandestin.

kklex.com

" Nous avons commencé avec une victime, d'un agresseur, dans un établissement. Nous sommes rendus maintenant à plus de 250 victimes, à plus de 93 agresseurs dans plus de 50 établissements à travers le Québec. C'est pour ça que c'est historique. Nous avons été en mesure de rejoindre autant de personnes qui ont souffert en silence pendant des décennies et leur permettre d'accéder à la justice".

 

DE LONGUES DÉMARCHES

Les Frères du Sacré-Cœur étaient visés par deux actions collectives pour des sévices sexuels. La première demande en action collective au nom des présumées victimes d'agressions sexuelles, qui auraient été commises par des religieux au Collège Mont-Sacré-Cœur de Granby, entre 1932 et 2008, avait été autorisée en 2017.

La Cour a ensuite autorisé un 2e recours collectif incluant "toutes les autres personnes qui ont été agressées sexuellement au Québec par un religieux des Frères du Sacré-Cœur, peu importe l'endroit au Québec."

 

DES VICTIMES PARTOUT AU QUÉBEC

Des centaines de jeunes garçons auraient été agressés sexuellement entre 1940 et 1980 dans des écoles et des camps de vacances au Québec.

Des agressions par des Frères du Sacré-Cœur auraient notamment eu lieu à l'École Notre-Dame-du-Rosaire et à l'Externat Saint-Georges à Drummondville.

Les gens qui ont été victimes des Frères du Sacré-Cœur peuvent contacter le cabinet Kugler Kandestin.