Le centre d'expérimentation pour le GARAF est inauguré à Drummondville

Capture

Les élèves du cours de science et de technologie de l’environnement (GARAF) de l’École secondaire Jean-Raimbault de Drummondville bénéficient cette année d’un tout nouveau lieu d’apprentissage et de partage des connaissances.

Depuis le début de l’année scolaire, plus de 200 jeunes profitent d’un nouveau centre d’expérimentation aménagé à même une ancienne résidence acquise par l’entreprise Waste Management et cédée au Groupe d’aide pour la recherche et l’aménagement de la faune (GARAF) du Centre de services scolaires des Chênes pour ses travaux de recherche en environnement et éducation.

Depuis près d’une quinzaine d’années déjà, WM met à la disposition du personnel et des élèves du GARAF les terrains de sa propriété du secteur Saint-Nicéphore afin de leur permettre d’effectuer des expériences scientifiques en pleine nature. La collaboration entre les deux partenaires prend un nouvel essor avec la création de la Maison GARAF récemment transformée en espaces physiques d’apprentissage.

 

Pablo Desfossés, enseignant, et l’un des responsables du GARAF.

  « Nous sommes ravis de pouvoir rassembler les élèves et les enseignants dans un lieu aménagé spécifiquement en fonction des apprentissages que nous souhaitons dispenser et des expériences pratiques que nous voulons faire vivre aux jeunes. Dans une même journée, nous pouvons passer rapidement de la théorie à l’action terrain, avec l’acquisition de données sur la propriété de WM, puis à l’analyse en laboratoire. Nous optimisons pleinement le temps des élèves et des enseignants pour le développement des apprentissages.».

 

LE CENTRE D'EXPÉRIMENTATION

La propriété, située au 6750 boulevard Saint-Joseph, rénovée et adaptée aux besoins du GARAF aux coûts d’environ 400 000 $, comprend 12 pièces, converties pour la plupart en laboratoire multifonctionnel ayant des vocations différentes et complémentaires. Une grande pièce munie d’un tableau interactif permet l’enseignement de notions plus théoriques, comme de la formation en ligne pour les élèves du primaire. D’autres pièces servent plutôt à des ateliers pratiques comme l’identification de divers types de poissons ou à la culture de plantes indigènes. Un bassin d`aquaculture sera aménagé au sous-sol pour alimenter en eau et en nutriments des plantes (procédé d’aquaponie) et une verrière sera transformée en serre pour la culture de plantes indigènes destinées aux milieux humides. 

D’ici la fin de l’année 2021, ce sont près de 30 ateliers différents qui seront animés par les élèves du GARAF, des scientifiques, et des enseignants; touchant ainsi près de 3000 élèves du primaire et du secondaire.

Cette collaboration de WM et d’autres partenaires financiers est saluée par la direction du Centre de services scolaire des Chênes.

 

Lucien Maltais, directeur général du Centre de services scolaire des Chênes.

 « Je me réjouis d’abord et avant tout pour nos élèves qui vont bénéficier de ce projet unique en son genre. Au fil des ans, le GARAF a fait figure de pionnier, voire de visionnaire en matière de recherche et d’aménagement de la faune. Il a entraîné dans son sillon de nombreux jeunes de nos écoles, qui tirent profit d’apprentissages exceptionnels sur le terrain et développent des compétences inestimables. Or, voilà qu’aujourd’hui, des acteurs importants de notre communauté éducative élargie, tels Waste Management et d’autres partenaires ajoutent une plus-value au GARAF et à ses initiatives, par la création d’une maison qui porte son nom. J’applaudis tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à cette grande réalisation. Longue vie à la Maison GARAF ! »

 

PLUSIEURS PARTENAIRES

Pour WM, l’extension de ce partenariat avec le Centre de services scolaire des Chênes s’inscrit dans la volonté de l’entreprise de contribuer à l’accès au savoir des jeunes et à la conservation de la biodiversité.

 

Ghislain Lacombe, directeur général adjoint et responsable de l’ingénierie et de l’environnement chez WM.

« Le GARAF forme des citoyens écoresponsables en développant le goût de l’action environnementale. Nous avons des parcelles de terrains riches en biodiversité qui se prêtent parfaitement à leurs actions. L’ajout de la maison GARAF allait de soi pour soutenir l’apprentissage des jeunes et permettre la réalisation d’expériences scientifiques. »

Dans le cadre de ce projet, le GARAF mise également sur d’autres partenaires financiers, comme la Caisse Desjardins de Drummondville, qui a permis l’achat d’équipements et de matériel spécialisé.

 

André Lamontagne pour la Maison GARAF

 

Paul Gagné, directeur général de la Caisse Desjardins de Drummondville.

« La Maison GARAF est un réel trésor pour la science et l’éducation à Drummondville !  Notre coopérative est très heureuse de s’associer à ce projet novateur, tout à fait unique en son genre, qui permettra à des milliers d’étudiants de profiter d’un lieu d’apprentissage à la fine pointe de la technologie, où ils pourront parfaire leurs connaissances et faire des découvertes stimulantes, dans un cadre sortant vraiment de l’ordinaire. Grâce au Programme Plus forts ensemble, c’est une somme de 20 000 $ qui a été investie dans cette initiative par notre caisse et nous en sommes très fiers. »