Le CPS Les petits bonheurs lance une campagne majeure à Drummondville


Le centre Les petits bonheurs de Drummondville souhaite amasser 1,5 M$ d'ici 5 ans. (Fournie)

Un montant de 1,5 millions $ d'ici 5 ans, c'est ce que veut aller chercher le Centre de pédiatrie sociale en communauté (CPSC) Les petits bonheurs de Drummondville.

L'organisme inspiré de l'oeuvre du Dr Julien offre des services pour des jeunes en situation de vulnérabilité ou plus défavorisés, autant médicaux que des services sociaux et juridiques, en plus d'aide aux devoirs.

La démarche se fait auprès de l'enfant, mais également auprès de tout ce qui l'entoure, comme les intervenants à l'école ou à la garderie.

Les locaux sont situés près de l'école St-Joseph sur la rue Notre-Dame. Ceux-ci sont fréquentés par plus de 220 familles, regroupant entre 400 à 500 enfants annuellement.

Une importante campagne de financement a été lancée jeudi, en plus d'une annonce surprise de dons de la Banque et Financière Banque Nationale, Jean Coutu (famille Gélinas/Benoît), Patio Drummond, UV Assurance et Humanware, pour un premier montant de 500 000 $ d'amassé.

Geneviève Lemay, directrice générale de l'organisme, explique ce que les fonds amassés permettraient d'ajouter. 

Pour toutes les nouvelles du Centre-du-Québec: Noovo.info

«Le manque de places en garderies crée des besoins au niveau du langage, donc un orthophoniste serait vraiment un bel atout. L'art thérapie est vraiment une belle thérapie alternative en plus qu'on veut bonifier avec de nouveaux programmes sportifs. Puis, on veut agrandir nos locaux. Ça fait seulement deux ans qu'on a déménagé, mais on aurait besoin d'un peu plus de superficie.»

Gilles Pépin de Humanware et Christian Mercier de UV Assurance agiront comme co-présidents de la campagne «Cultiver le bonheur pour un avenir prometteur».

Elle se poursuivra dans les prochains mois, et ces derniers espèrent avoir de bons résultats à annoncer lors d'un coquetel-bénéfice en avril prochain.