LET de Drummondville : une décision responsable selon WM

Site d'enfouissement 21 sept

Waste Management salue la décision de Québec de lui permettre de poursuivre ses activités à Drummondville.

Pour contrer le refus de la Ville de Drummondville, le gouvernement Legault a adopté un décret imposant une zone d'intervention spéciale qui permet l'agrandissement du dépotoir de Drummondville pour l'enfouissement de 430 000 tonnes de déchets pour 10 ans.

Le directeur des Affaires publiques de WM, Marc Dussault, estime qu'il s'agit d'une décision responsable pour éviter une crise sanitaire au Québec.

Il précise du coup qu'il faudra plusieurs mois de travaux à Waste Management pour aménager le site de la phase 3B et amorcer son exploitation.

D'ici à ce que le site soit près, l'entreprise doit avoir des autorisations spéciales de Québec pour poursuivre l'enfouissement sur les sites existants.

Une fois la phase 3A fermée selon les règles, les opérations vont migrer vers la phase 3B.

Waste Management souhaite mettre en valeur 100% des biogaz produits par ses activités sur le site d'enfouissement.

Marc Dussault

" En faire bénéficier (des biogazs) les entreprises locales avec des projets d'économie circulaire. Ça fait partie de nos options. Cela dit, pour l'instant, nous valorisons près de 90% des biogaz. Une fois la phase 3B en exploitation, nous aurons davantage de gaz à gérer et nous souhaitons les valoriser à 100%."

 

M. Dussault souligne du coup que la création de la phase 3B, de par l'espace disponible, permettra aux municipalités de Drummond, dont la Ville de Drummondville, de refaire affaire avec Waste Management pour la gestion des déchets ultimes résidentiels.

Depuis 2019, les déchets résidentiels de la MRC de Drummond sont acheminés au site de Gesterra à St-Rosaire.

" C'est une décision qu'elle a prise (la Ville de Drummondville) de payer 2 fois plus cher pour exporter ces matières, en ajoutant le coût de transport et les gaz à effet de serre que ça représente. Alors je pense qu'il y a tout intérêt à ce qu'on s'assoie, on discute, qu'on reprenne le dialogue et qu'on puisse trouver une entente pour que les matières des Drummondvillois soient gérées localement."

 

En collaboration avec Yannick Rochette, journaliste Noovo Info Drummondville.