LETTRE OUVERTE du conseil de Drummondville sur le site d'enfouissement

WasteManagement-@-Crédit-photo-Eric-Beaupré-Vingt55-2

Le conseil municipal de Drummondville ne décolère pas face au gouvernement et à Waste Management quant à l'agrandissement du site d'enfouissement du secteur St-Nicéphore. Les élus ont transmis aux médias locaux une lettre ouverte à ce sujet ce matin (mardi).

Les conseillers et le maire Alain Carrier y mentionnent qu'ils ne comprennent pas que le gouvernement Legault ait prolongé par décret les opérations d'enfouissement pour au moins les 10 prochaines années.

La Ville évalue actuellement toutes les possibilités judiciaires dans le dossier. Rappelons aussi que Waste Management a déposé une poursuite de 5,4 millions $ contre la Ville de Drummondville vendredi dernier relativement au même dossier.  

Voici le contenu intéral de la lettre ouverte :

Drummondville, le mardi 13 juillet 2021

Lettre ouverte aux citoyennes et aux citoyens de Drummondville

Enfouissement des déchets
Mobilisons-nous face au décret du gouvernement

Madame, Monsieur,

Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, M. Benoit Charette, a confirmé à vos élus du conseil municipal, jeudi dernier, la volonté du gouvernement du Québec de prolonger par décret les opérations d’enfouissement au site opéré par Waste Management dans le secteur Saint-Nicéphore, et ce, pour au moins les 10 prochaines années.

Pour ce faire, il aura recours à un mécanisme exceptionnel (c.-à-d. une zone d’intervention spéciale (ZIS)) qui représente, à nos yeux, une grave atteinte à l’autonomie des municipalités.

Nous déplorons que le gouvernement en vienne à passer par-dessus notre réglementation municipale, par-dessus la volonté populaire et même par-dessus les tribunaux, qui nous ont donné raison à plus d’une reprise, pour parvenir à ses fins. Nous avons réitéré à maintes reprises au ministre que le projet ne bénéficie d’aucune acceptabilité sociale, mais il n’y a rien à y faire : nous sommes mis au pied du mur, et ce, malgré les nombreuses démarches que nous avons entreprises depuis des années.

Cela dit, sachez qu’à la suite de cette annonce, la Ville évalue actuellement toutes les possibilités judiciaires entourant l’imposition d’un éventuel décret. Il faut savoir que, si le gouvernement nous force à cohabiter encore avec un site d’enfouissement, il est clair pour nous que les besoins et les attentes de la population drummondvilloise doivent être considérés. Il est déplorable que Drummondville, reconnue pour ses performances en gestion des matières résiduelles, fasse les frais des piètres performances de notre province sur l’échiquier nord-américain en matière d’enfouissement.

Finalement, en plus de tout ça, Waste Management nous a fait signifier, vendredi dernier, une action en dommages de l’ordre de 5,5 M$. Faut le faire ! Waste Management demande entre autres à la cour qu’on lui rembourse toutes les redevances qu’elle a versées à la Ville depuis l’entente de 2012. N’est-ce pas assez cavalier ? Nous considérons cette action comme étant inappropriée et nous avons bien l’intention d’assurer une défense « pleine et entière » des intérêts des Drummondvilloises et des Drummondvillois dans ce dossier.

En guise de conclusion, nous vous invitons à participer à l’assemblée publique de consultation que tiendra le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques le lundi 2 août, dès 19 h, au Best Western Hôtel Universel de Drummondville. Les places y étant limitées, il sera également possible d’y prendre part en ligne. Nous relaierons le lien de connexion sur les différentes plateformes de la Ville de Drummondville quelques jours auparavant.

Vous êtes également conviés à vous exprimer sur ce projet de décret en transmettant votre avis au gouvernement par courriel, à l’adresse zis2021@environnement.gouv.qc.ca, dès maintenant, et ce, jusqu’au lendemain de l’assemblée publique de consultation.

Soyez assurés, Drummondvilloises et Drummondvillois, que nous ferons tout en notre pouvoir pour faire valoir vos droits et faire entendre votre voix aux instances gouvernementales concernées.

Votre conseil municipal