Main-d'oeuvre : les entreprises du grand Drummond ont besoin d'aide

Martin Champoux - chambre des communesjpg

La main-d'œuvre est au cœur des préoccupations et des engagements de Martin Champoux, député sortant et candidat du Bloc Québécois dans Drummond.

M. Champoux estime qu'il faut agir rapidement pour s'attaquer de façon définitive au problème de manque de travailleurs qui affecte les entreprises.

Le candidat du BQ estime que c'est environ 21 000 postes qu'il y a à pourvoir au cours des cinq prochaines années au Centre-du-Québec. 

Martin Champoux propose notamment l'instauration d'un crédit d'impôt [3000$ à 8000$] pour les nouveaux arrivants et les nouveaux diplômés qui souhaitent vivre et travailler en dehors des grands centres. Il estime qu'Ottawa doit aussi aider à valoriser l'expérience et le désir de continuer de travailler de nos ainés.  

Le candidat bloquiste veut également que le processus fédéral de recrutement de travailleurs étrangers temporaires soit plus simple et plus rapide.

 

"Comme Canimex par exemple, au moins 87 emplois urgents à combler et 23 travailleurs étrangers dont les contrats sont signés qui devraient être déjà arrivés et pour une raison qu'on ne s'explique pas les démarches sont retardées par Immigration Canada, c'est juste lent. À cause de ça, il y a un quart de soir complet qui ne peut pas être mis en marche, ils ont des investissements de millions de dollars sur de l'équipement qui ne peut pas servir pour l'instant."

 

Martin Champoux insiste également sur la nécessité de suspendre la Prestation canadienne de relance économique (PCRE), avec toutefois certaines exceptions pour des secteurs qui se relèvent plus difficilement de la crise sanitaire, par exemple les arts et la culture ou le tourisme.

 

" L'idée n'est pas de pénaliser les gens qui en ont encore besoin ni les plus vulnérables, mais bien d'augmenter les incitatifs à l'emploi et à la formation. C'est une problématique dont me parlent tous les jours les entrepreneurs et les employeurs de la région. Il n'est pas non plus question d'abolir la PCRE, seulement de la suspendre avec discernement; nous ne savons pas ce que l'avenir nous réserve et nous devons rester prudents ".

 

Martin Champoux et le Bloc Québécois proposent également de bonifier les crédits d'impôt en recherche et développement afin de stimuler l'innovation et d'en instaurer un pour l'automatisation et la robotisation dans le secteur manufacturier, comme le fait Québec, dans le but d'aider les entreprises à améliorer leur productivité dans le contexte de la relance, un outil de plus pour affronter la pénurie de main-d'œuvre qui sévit au Québec.