Projet d'exploration minière qui divise à St-Félix-de-Kingsey

miner

Le promoteur du projet d'exploration minière à St-Félix-de-Kingsey et le canton de Cleveland se défend face à la grogne des citoyens et des élus locaux. Enertourbe indique n'être qu'à la phase des tests d'évaluation des sols et de forage pour l'instant.

L'entreprise possède une trentaine de titres miniers dans le secteur qui permet d'effectuer de la prospection. La majorité des tests ont été effectués l'an dernier sur des portions de terrains publiques, mais d'autres ont été effectués sur des terrains privés. On parle d'un potentiel pour y trouver de l'or, du zinc, du cuivre et de l'argent.

Un mouvement de contestation s'organise depuis alors que des citoyens craignent le développement d'un mine et les impacts sur la qualité de l'eau potable.

Le promoteur a tenu des séances d'informations sur le projet, mais déplore l'opposition ferme de plusieurs propriétaires même s'il nous a indiqué avoir l'autorisation de certains autres.

Claude Duplessis, ingénieur et président d'Enertourbe :
"J'ai essayé d'expliquer qu'on est en mode exploration. (...) Je ne suis pas là pour détruire la région. Je me suis engagé, si jamais on trouve quelque chose, à mettre en place une mine souterraine, si jamais il y a une mine, mais on n'a pas encore de mine ! (...) priver les gens d'eau, démolir le secteur, c'est loin de ça mon but, mais les opposants font comme si c'est ça que j'allais faire."

ENCORE POUR DES ANNÉES ?

Il affirme aussi avoir fait des approches avec les municipalités pour être bénéficiaires d'une partie des redevances des titres miniers, mais les élus auraient refusé en raison d'une apparence de corruption.

La phase exploratoire du projet se poursuit et pourrait durer des années en plus de nombreuses études techniques et environnementales à produire.