Prostitution juvénile : un 2e accusé plaide coupable

Palais de justice Drummondville

Un 2e accusé relativement à une frappe policière contre la prostitution juvénile à Drummondville plaide coupable.

Éric Daigle, 45 ans de Drummondville, a plaidé coupable à deux chefs d'accusation.

Il s'agit d'avoir communiqué avec une personne âgée de moins de 18 ans ou qu'il croyait telle, en vue de faciliter la perpétration à son égard d'une infraction et d'avoir communiqué avec une personne en vue d'obtenir, moyennant rétribution, les services sexuels d'une personne âgée de moins de 18 ans. 

Une sentence sera prononcée le 25 juin, par la juge Mme Marie-Josée Ménard, au palais de justice de Drummondville.

 

OPÉRATION POLICIÈRE CONTRE LA PROSTITUTION JUVÉNILE

Éric Daigle a été arrêté le 2 octobre dernier dans un hôtel de Drummondville. 8 autres hommes ont été arrêté lors de la même opération, soit le 2 ou le 3 octobre.Les accusés, croyant avoir un rendez-vous sexuel avec une jeune fille âgée de 16 ans, ont plutôt été reçus par une policière. 

 

UN PROCÈS POUR PLUSIEURS AUTRES ACCUSÉS

Par ailleurs, 3 autres accusés dans cette affaire ont renoncé à leur enquête préliminaire. Michaël Jolin, 30 ans de Val-Joli et Mikaël Misiak, 41 ans de Drummondville devraient subir un procès devant un juge de la Cour du Québec. Ils reviendront devant la justice le 12 février 2021.

Pour sa part, Serge Jr Noël, un homme de 42 ans de St-Germain-de-Grantham, s'est engagé à plaider coupable sur un chef amendé. Son retour en Cour est prévu pour le 31 mars 2021.

À la suite de leur enquête préliminaire, 4 autres accusés ont été cités à procès soit André Côté (53 ans de Drummondville), Sylvain Rouleau (48 ans de Drummondville), Frédéric Picotte (33 ans de St-Paulin) et Sébastien Blais (38 ans de Drummondville).

Dans leur cas, il s'agira sans doute d'un procès devant la Cour supérieure du Québec avec juge et jury.

Les 4 hommes ont aussi été arrêtés dans le cadre de l'opération policière contre la prostitution juvénile et font aussi face à 2 chefs d'accusation.

Il s'agit d'avoir communiqué avec une personne âgée de moins de 18 ans ou qu'il croyait telle, en vue de faciliter la perpétration à son égard d'une infraction et d'avoir communiqué avec une personne en vue d'obtenir, moyennant rétribution, les services sexuels d'une personne âgée de moins de 18 ans. 

Ils seront de retour en Cour le 20 janvier 2021 pour la suite des procédures judiciaires intentées contre eux.