Usine de traitement d'eau : Drummondville ajuste son emprunt

Nouvelle_Maquette_UTE

Le règlement d'emprunt pour financer les travaux de la nouvelle usine de traitement de l'eau potable de Drummondville a été ajusté hier soir (lundi) au conseil municipal. Le plus imposant chantier de l'histoire de la ville était déjà sur pause jusqu'à nouvel ordre.

Les coûts reliés au projet ont grimpé de 30 %, passant de 80 à 108 millions $.

Cette importante hausse s'explique par l'augmentation du coût des matériaux dans le contexte de pandémie et par la surchauffe du marché qui limite les entreprises pouvant soumissionner.

" Nous nous battons pour garder le coût des travaux sous contrôle malgré le fort impact de la pandémie sur les prix de construction. Nous sommes donc proactifs en ajustant le règlement d'emprunt pour minimiser les éventuels délais de mise en œuvre du projet, mais cela n'empêche pas que nous sommes aussi actifs auprès des autres paliers de gouvernement et de nos partenaires pour élaborer un montage financier qui minimisera l'impact pécunier pour nos citoyens. "

- Alain Carrier, maire de Drummondville

NOUVELLE ENTENTE ESPÉRÉE D'ICI DÉCEMBRE

Québec et Ottawa se sont engagés à verser conjointement un peu plus de 32 millions $ pour les travaux. Des démarches sont en cours pour obtenir une augmentation de la participation du programme Fonds pour l'infrastructure municipale d'eau (FIMEAU).

Le maire espère des réponses rapides après les élections fédérales afin de pouvoir avoir une nouvelle entente d'ici la fin de l'année.