Crimes sexuel sur des élèves: Andréanne Robert plaide coupable

Photo : Facebook de l'accusée.

L'ex-enseignante de l'école secondaire du Triolet de Sherbrooke, Andréanne Robert, a reconnu, hier, avoir commis des crimes à caractère sexuel sur des élèves.

Selon La Tribune, elle a reconnu 6 accusations reliées à des chefs d'exploitation sexuelle, de communication indécente et d'avoir transmis du matériel sexuellement explicite à une personne mineure en vue de faciliter une infraction à caractère sexuel.

Robert, qui était enseignante en sciences, a commis ses gestes sur 5 élèves âgés de 15 à 17 ans au moment des faits, et ce, alors qu'elle se trouvait en position d'autorité.

Parmi les faits reprochés, elle reconnaît émis des textos à caractère indécent, avoir envoyé 10 à 15 photos d'elle nue à la demande d'un des élèves, et s’être dévêtue chez elle devant un des élèves à la suite d’un party de Noël arrosé.

Les gestes reprochés ont été commis en 2017. L'accusée a été arrêtée en décembre de cette même année.

Au départ, Andréanne Robert faisait face à 16 accusations de nature sexuelle alors qu'elle était en position d'autorités. Plusieurs des chefs d'accusation ont été abandonnés après des négociations entre les avocats de la défense et ceux de la Couronne.

La Cour a demandé un rapport présentenciel avec un volet sexologique. Les observations sur la peine se dérouleront le 4 mai.

Entre temps, la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke a réagi. Par voie de communiqué, elle rappelle que dès l’arrestation, l’intimée a été suspendue sans solde. Le processus de congédiement définitif est maintenant enclenché. La CSRS ne souhaite pas commenter davantage « considérant les éléments de confidentialité reliés au dossier de l’employée et aux dossiers des élèves ainsi que par respect pour toutes les personnes impliquées ».

(Avec la collaboration de Jennifer Gravel, journaliste, Bell Média)