Déraillement de train à Bolton-Ouest: cri du coeur des maires

Richard Burcombe, maire de Lac-Brome, Louis Villeneuve, maire de Bromont et président de l’ACFEM, Jacques Drolet, maire de Bolton-Ouest, Steve Lussier, maire de Sherbrooke et Patrick Melchior, maire de Farnham, vice-président de l’ACFEM et président du sous-comité ACFEM sur la sécurité ferroviaire, sont allés constater les dégâts au lendemain du déraillement d'un train à Bolton-Ouest, le 16 novembre 2019.

L'Alliance du corridor ferroviaire Estrie-Montérégie (ACFEM) presse les deux paliers de gouvernement de sécuriser les voies ferrées le plus vite possible. Un nouveau déraillement de train survenu samedi en fin de journée à Bolton-Ouest, en Montérégie, a fait craindre le pire.

 

Le Bureau de la sécurité des transports (BST) a ouvert une enquête alors que six wagons contenant du papier et du bois se sont renversés sur le Chemin Brill. Les maires membres de l'Alliance sont eux-mêmes allés constater les dégâts dimanche à Bolton-Ouest et sont encore plus préoccupés par la situation.

Heureusement, personne n'a été blessé, mais l'urgence d'agir est bien présente alors que personne ne veut revivre une tragédie comme celle de Lac-Mégantic, en 2013. L'Alliance lance un cri du coeur pour que des actions concrètes soient posées rapidement, en collaboration avec les compagnies ferroviaires privées comme le Central Maine & Quebec Railway.

« J'en ai marre de dire qu'on a été chanceux, parce qu'il y a eu le déraillement pareil, c'est juste que les gens n'étaient pas là. Il ne faut plus qu'il y en ait de ça, ou dans tous les cas, il ne faut plus qu'il y en ait sur des rails qui ne sont pas sécuritaires. Si ça arrive après ça, on étudiera la question, mais pour l'instant, il y a une cause à effet et il ne faut plus qu'on dise qu'on était chanceux, il faut qu'on dise que ça ne s'est pas passé. »

- Patrick Melchior, maire de Farnham et vice-président de l'ACFEM

La situation aurait pu être bien pire alors que des wagons de propane étaient stationnés non loin du lieu du déraillement. Le train de passagers Orford Express circulait aussi sur le même tronçon. Si les wagons renversés avaient transporté des matières dangereuses, celles-ci auraient pu se déverser dans un ruisseau qui alimente le lac Brome, lequel alimente la ville de Bromont en eau.

Selon Patrick Melchior, ce n'est pas normal que les trains se voient imposer une limite de vitesse de 10 miles à l'heure par endroits en raison du pauvre état des rails. Une inspection de Transports Canada en mai dernier révélait que sur le tronçon de 201 km entre Farnham et Lac-Mégantic, il y avait 253 rails défectueux. Les réparations ont été effectuées, mais beaucoup reste à faire ailleurs sur le réseau.

Des investissements réclamés

Patrick Melchior sent qu'une synergie anime les maires des municipalités situées le long du corridor ferroviaire, de Magog à Lac-Mégantic, en passant par Saint-Hyacinthe et Farnham, et il compte sur la force collective pour faire bouger les choses.

Parmi les trois volets prioritaires de l'Alliance se trouve le développement d'un service de transport de passagers, une mise en place impensable tant que la sécurité n'y est pas, selon le maire de Farnham.

Il demande des investissements majeurs de Québec et Ottawa pour sécuriser le réseau, alors que sa municipalité s'est notamment engagée à y injecter 450 000 $ sur 10 ans et il a bon espoir de changement.

« C'est qu'on se mette ensemble pour remettre à niveau ces rails-là. Évidemment, c'est des sous, mais à combien on peut évaluer une vie? À combien on peut évaluer des vies? Il ne faut pas attendre qu'une autre tragédie arrive. »

- Patrick Melchior, maire de Farnham et vice-président de l'ACFEM

Patrick Melchior préside le nouveau sous-comité sur la sécurité ferroviaire de l’ACFEM, qui se rencontrera pour la première fois demain matin. Le déraillement sera abordé en vue de l'élaboration d'un plan d'action pour les prochains mois.

Le ministre Bonnardel interpellé

Les wagons sont toujours là en ce lundi matin et bloquent un passage à niveau. Des employés travaillent sur les rails.

La députée de Brome-Missisquoi, Isabelle Charest, s'est rendue sur place ce matin pour constater la situation et espère des changements pour la sécurité ferroviaire. Le maire de Bromont, Louis Villeneuve, doit rencontrer aujourd'hui le ministre des Transports à ce sujet.

On ignore toujours ce qui a causé le déraillement, et les conclusions de l'enquête du BST pourraient prendre au-delà de 200 jours. Au total, 1 172 accidents ferroviaires ont été signalés au BST en 2018, une hausse de 7 % par rapport à 2017.