Manque d'ambulances à Granby : des moyens de pression déployés

Les paramédicaux d’Ambulances Granby déploient de nouveaux moyens de pression afin de presser Québec à ajouter des ressources. 

Ils demandent aussi de joindre la région administrative de l’Estrie, et ce, une bonne fois pour toutes.

C'est que ceux-ci se retrouvent dans une zone fantôme étant départagée entre l'Estrie et la Montérégie. 

Le président de la FTPQ à Granby, Jean Papineau, rapporte que le quart des appels d'urgence reçus sont délégués à d'autres secteurs, faute d'ambulance. 

Selon lui, Granby enregistre un déficit de 1 ou 2 ambulances par jour s'il compare son territoire avec des zones urbaines ayant une démographie similaire.

« C'est comme remplir un verre d'eau qui est déjà plein. Actuellement ça déborde tout le temps et ça va juste continuer à augmenter si on se réfère à la courbe démographique.Une réalité que nous avons plus qu'ailleurs à Granby, c'est le nombre important de résidences pour personnes âgées. Pour vous donner une idée, à Sherbrooke, qui a au moins deux fois plus de population, il y a environ le même nombre de résidences pour aînées qu'à Granby. On est plus à savoir quand et combien, il faut les mettre les ambulances de plus, c'est inacceptable! » - Le président de la Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier du Québec (FTPQ) à Granby, Jean Papineau.

De la sensibilisation à leur réalité et le port d'un t-shirt au lieu de l'uniforme habituel font partie des moyens pour se faire entendre et remarquer.