COVID-19 - 35 personnes touchées dans le réseau de la santé en Estrie

COVID-19

La situation continue d'évoluer en Estrie alors que 35 membres du personnel du CIUSSS de l'Estrie- CHUS sont atteints.

De ce nombre, au moins 13 personnes sont de la direction de la Santé publique de la région. Il s'agit de l'information fournie par le directeur de la Santé publique de l'Estrie, docteur Alain Poirier. Impossible de savoir si ce nombre a changé. L'organisation a fait savoir que les chiffres ne seront plus déclinés par secteur.

Autre décès

Encore aujourd'hui, une personne est décédée de la COVID-19. Il s'agit de la troisième personne en autant de jours.

On rapporte désormais 227 cas en Estrie, faisant de la région la deuxième la plus touchée après Montréal. (Le nombre de cas par région est disponible ici).

Cette situation pose la question du confinement de ces régions. Cette possibilité n'est pas écartée, mais n'est pas prévue pour l'instant. 

Un autre policier

Alors qu'hier, on apprenait qu'un policier de la Régie de police de Memphrémagog est atteint de la COVID-19, voilà qu'aujourd'hui, le Service de police de Sherbrooke annonce que l'un des leurs est testé positif pour ce virus. 

Il n'aurait pas été en contact avec des citoyens, autre que ses proches.

Il s'agit d'un cas de transmission communautaire, qui n'est pas relié au détenu infecté à la prison Talbot. Le policier est en confinement depuis ce temps.

Le directeur du SPS, Dany McConnell, demande aux citoyens de faire preuve d'honnêteté.

« SVP, nous informer si c'est un foyer potentiellement infecté à la COVID-19. On va répondre à tous les appels, mais SVP, informez-nous. Nous allons pouvoir intervenir en conséquence ».

- Le directeur du SPS, Dany McConnell

De plus, un premier constat d’infraction en vertu de la Loi sur la santé publique.

Les policiers se sont rendus dans un immeuble où un rassemblement se tenait. Après avoir sensibilisé les gens et demander la collaboration des individus, les agents du SPS ont quitté les lieux. Ceux-ci sont revenus 20 minutes plus tard pour se rendre compte que rien n’avait changé. Plusieurs individus continuaient de se rendre à l’endroit concerné. Il s’agissait d’un commerce illicite de stupéfiants. Les autorités ont donc émis un constat de 1000$ en raison du nombre de personnes, en plus des accusations à venir pour ce qui concerne le commerce de stupéfiants.

Mises à pied 

La Ville de Sherbrooke a procédé à des mises à pied temporaires en raison de la présente crise. Ce sont donc 15% du personnel qui sont maintenant sans emploi de manière temporaire. Cela représente 275 personnes.

Parc

Même si plusieurs jeux modulaires sont inaccessibles, la Ville de Sherbrooke n’a pas l’intention de fermer ses parcs, comme le parc Jacques-Cartier.

« Ce n’est pas notre intention pour le moment. On doit laisser les gens aller dans les parcs se promener. Je pense que vous avez vu tout ce qui a été fermé. Je pense qu’il faut laisser un petit quelque chose aux gens».

- Steve Lussier, maire de Sherbrooke

Lorsque questionné sur l’inquiétude de citoyens face aux personnes qui ne respectent pas les deux mètres de distance à cet endroit, le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, explique que des panneaux seront installés à l’entrée des parcs pour indiquer les règles à suivre.