Variant de la COVID-19: un contact étroit en Estrie

cjos covid5

Une personne de l’Estrie a été en contact étroit avec une personne infectée à la variante S de la COVID-19.

Cette personne est aujourd’hui positive à la COVID-19, mais les autorités n’indiquent pas si elle est officiellement infectée au variant anglais.

Le premier patient québécois officiellement diagnostiqué avec ce variant a été en contact avec un membre de sa famille qui est revenue au Québec, du Royaume-Uni, le 11 décembre dernier, et qui a obtenu un résultat positif de la COVID-19 le 13 décembre.

La personne qui a voyagé n’a eu des contacts seulement qu’avec trois membres de sa famille. Ils sont maintenant tous positifs et sont en isolement depuis.

Par voie de communiqué, le ministère de la Santé est des Services sociaux rappel l’importance de suivre les consignes mises en place afin de limiter les risques de propagation. Le ministère ajoute les gouvernements québécois et canadien ont tous deux demandé d’éviter les voyages et que « les personnes qui ont décidé tout de même d’ignorer les recommandations et qui reviennent d’un séjour à l’étranger doivent obligatoirement s’isoler pour une période de 14 jours et suivre les consignes avec la plus grande rigueur ».

Rappelons que la variante S a été vu pour la première fois au Royaume-Uni. Il est plus contagieux que le virus de base, tout en ayant les mêmes symptômes. « Les analyses sur les caractéristiques de cette nouvelle souche sont toujours en cours dans plusieurs pays et pour l’instant, il n’y a pas lieu de modifier les recommandations de santé publique », précise le ministère.