Pandémie : La santé mentale des Estriens demeure fragile

CKTB - News - Depression

La santé mentale des Estriens demeure fragile un an après le début de la pandémie.

20 % des Estriens rapportent des symptômes de troubles d'anxiété et de dépression majeure selon l'enquête menée du 5 au 16 février auprès de 750 adultes en Estrie.

6 % des Québécois ont songé sérieusement à mettre fin à leur jour, c'est le double d'avant la pandémie.

4 adultes sur 10 disent se sentir seuls, c'est encore pire chez les 18-24 ans ou c'est 6 sur 10.

" Je pense qu'on est dans le creux de la vague au niveau de la santé mentale et que dans les prochains mois on pourrait espérer une amélioration." - Dre Mélissa Généreux, professeure-chercheuse à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke.

 

Hausse des appels chez JEVI

L'organisme de prévention du suicide JEVI note une augmentation des appels de 21 % depuis septembre 2020.

Il y a eu plus d'appels des aînés lors de la première vague du printemps 2020 et le temps des Fêtes a été plus occupé avec une hausse de 13 % sur le temps des Fêtes 2019.

JEVI note aussi une augmentation des demandes de consultations des enfants et des adolescents avec des idées suicidaires.

L'organisme vient de lancer sa campagne annuelle de la Loterie JEVI qui permet à JEVI de garder à l'emploi 3 intervenants à temps plein pendant un an et ainsi continuer d'aider les personnes en détresse.
 

"Nous sentons très bien que la détresse est plus profonde chez les personnes qui nous demandent de l'aide, comparé à avant la pandémie. Les interventions sont plus longues, complexes et les situations de crises sont plus nombreuses." - Tania Boilar, directrice générale de JEVI.