Pas de trousse médico-légale pour une femme par manque de personnel

Médecin ISTOCK ANYABERKUT

Le CIUSSS de l’Estrie - CHUS est dans l'embarras à la suite de la sortie de la députée de Sherbrooke, Christine Labrie, à l'Assemblée nationale, mercredi.

L'élue de Québec solidaire a révélé qu'une femme potentiellement victime d'une agression sexuelle n'aurait pas eu accès, à deux reprises, à une trousse médico-légale parce qu'il n'y avait pas d'infirmière de disponible.

Cette trousse est un examen fait par un professionnel de la santé qui consiste à faire des prélèvements sur une victime d’agression sexuelle dans l’éventualité où cette dernière voudrait porter plainte à la police.

Devant cette situation, la direction du CIUSSS de l'Estrie a déclenché un enquête interne afin de comprendre pourquoi le protocole n'a pas été appliqué. En plus de cette enquête, un rappel du protocole et du plan de contingence a été effectué auprès du personnel concerné.

"Nous sommes conscients du courage que cela nécessite pour une victime d'agression sexuelle de se rendre à une salle d'urgence et demander que l'on complète une trousse médico-légale. Nous sommes désolés de constater qu'une jeune victime n'ait pas obtenu le service auquel elle était en droit de s'attendre." - Stéphane Tremblay, PDG du  CIUSSS de l'Estrie - CHUS.