Une fraude visant les adolescents en hausse à Sherbrooke

AM800-NEWS-bank-card-fraud-istock

À Sherbrooke, un type de fraude visant les adolescents est en hausse.

Nommée « Fraude de la guich », elle consiste à promettre de grosses sommes d'argent en échange d'informations bancaires, très souvent par le réseau social Snapchat.

Les fraudeurs font de faux transferts bancaires ou déposent des chèques sans fonds qu'ils retirent avant les vérifications bancaires.

Ils indiquent ensuite à l'adolescent qu'il n'a qu'à déclarer sa carte comme volée et qu'il sera remboursé par sa banque. Tout au long du processus, les victimes sont rassurées, en leur mentionnant qu'ils peuvent arrêter en tout temps et qu'il n'y a rien d'illégal dans ce qu'ils font. 

Les adolescents sont souvent attirés par les photos des personnes avec qui ils communiquent. Elles montrent des piles d'argent, des bijoux en or, des voitures de luxe, etc.

Changement de ton

Tout change lorsque les informations bancaires sont obtenues; les transactions se multiplient, tout comme le montant de celles-ci. Les fraudeurs prennent le plein contrôle du compte, ouvrent de nouveaux comptes bancaires et commettent parfois d'autres fraudes reliées à l'identité.

Quand la personne veut se retirer, elle est menacée, que ce soit par des menaces physiques ou en lui disant qu'elle se fera arrêter car elle a pris part au crime.

Quant au remboursement, les institutions bancaires n'en émettent aucun lorsque la fraude est découverte. Pire encore, il devient souvent la responsabilité du jeune et des parents cosignataires de rembourser les montants de la fraude. 

Arrestations difficiles

Le Service de police de Sherbrooke indique qu'il est difficile de procéder à des arrestations pour ce type de fraude. Souvent, les jeunes ne dénoncent pas les auteurs de la manipulation. Reste que ce type de fraude est grandissant. 

Le SPS demande donc la vigilance des parents pour sensibiliser leurs enfants.

Le Service invite aussi les personnes à dénoncer ce type de fraude. Les jeunes sont considérés comme des victimes dans ce dossier et non pas comme des criminels. Ils ne feront donc face à aucune poursuite dans le cas où ils dénoncent.