3000 services de garde en milieu familial fermés pour la journée au Québec

garderie

Des responsables de services de garde en milieu familial vont manifester aux quatre coins du Québec aujourd'hui.

Pour l'occasion, 3000 services de garde seront fermés pour la journée à travers la province.

Les responsables, qui négocient avec le gouvernement depuis plus d'un an, dénoncent un abandon du réseau et réclament une amélioration de leurs conditions de travail.

« Là, il commence à être minuit moins une et on se demande ce qu’attend le gouvernement pour lancer un signal de soutien et de valorisation de notre travail. Les faits ne mentent pas : depuis le début de l’année, ce sont des centaines de services de garde qui ont fermé. Le manque de vision du gouvernement est en train de générer une crise dans l’une des plus importantes infrastructures socioéconomiques du Québec. »

- Karine Morisseau, porte-parole des RSG–CSN

La CSN affirme qu'en raison des dépenses que les responsables doivent assumer, elles obtiennent une rémunération sous le salaire minimum.

« La nature de la profession et les besoins des parents font en sorte que les RSG travaillent toutes plus de 55 heures par semaine. Lorsqu’on tient compte de l’ensemble des dépenses nécessaires pour assurer le service de qualité qu’offrent les RSG, nous obtenons une rémunération sous le salaire minimum. Il n’est donc pas étonnant que, depuis le mois de mars, il y a eu 150 milieux familiaux qui ont fermé, et cela s’ajoute aux 600 milieux qui étaient déjà fermés depuis janvier. Avec ses offres, notamment durant la pandémie, le gouvernement ne fera qu’accentuer la pénurie de places. On ne demande pas un privilège, on demande une pleine reconnaissance du travail des RSG en milieu familial. On ne pourra pas éternellement exiger de ces femmes qu’elles s’appauvrissent pour garder le réseau en place. »

- Daniel Roy, vice-président de la Fédération de la santé et des services sociaux en Outaouais

Une séance de négociation est d'ailleurs ce soir. La CSN n'exclut pas de tenir d'autres journées de grève au besoin.