Français au travail: malaise chez les fonctionnaires francophones

Parlement Ottawa

Près de la moitié des fonctionnaires fédéraux francophones sont mal à l'aise d'utiliser le français dans leur milieu de travail.

C'est ce qui ressort d'un sondage mené par le Commissariat aux langues officielles dans des régions bilingues du Canada, notamment à Gatineau-Ottawa.

C'est particulièrement vrai à l'oral, mais aussi à l'écrit.

L'impression de déranger certains collègues est une des explications les plus fréquentes pour ne pas utiliser le français, en réunion par exemple, alors que d'autres ont l'impression d'être perçu comme des fauteurs de troubles.

« Les répondants qui se sentent mal à l’aise d’utiliser leur première langue officielle sont souvent préoccupés par les inconvénients causés aux autres. Parmi les francophones et les anglophones qui disent se sentir mal à l’aise de parler, d’écrire ou de demander à être supervisés dans leur première langue officielle, l’explication la plus fréquente est que cela serait un inconvénient pour des collègues ou des superviseurs qui pourraient ne pas être à l’aise dans la langue, ou que cela allait les déranger ou causerait du trouble. »

- Commissariat aux langues officielles